Balut

Ce n’est pas parce que (par la force des choses – plantage sans backup 🙁 ) je recommence mon blog à zéro que je renie mes catégories fétiches 😉 ! Aujourd’hui je recommence donc ma collection de mots nouveaux que je découvre. La plus grande partie du livre est très poétique mais ici, l’auteure s’est lâchée en nous faisant découvrir le balut 😉 . Nul besoin de recourir au dictionnaire (mon Larousse ne connaît d’ailleurs pas ce mot) pour découvrir ce dont il s’agit, tout est expliqué dans le texte. Petite ajoute : Wikipedia nous apprend que cette préparation est particulièrement connue comme aphrodisiaque. Bon appétit 😉 !

Ni une ni deux, j’ai gobé l’oeuf d’un seul coup. Au début, une soupe un peu gélatineuse a coulé dans ma bouche. Puis, en rencontrant un morceau plus consistant, j’ai trouvé ça bizarre. […] J’avais la bouche remplie d’une masse écoeurante, ni vraiment dure, ni vraiment molle, et qui ne bougeait plus d’un poil.
[…] Incapable de mastiquer comme de déglutir, je sanglotais la bouche pleine.
[…]Désespérée, tout en pleurant, j’ai commencé à mastiquer. C’était rugueux, gluant, croquant par endroits, c’était vraiment immonde. […]
Mais quelque chose était resté dans ma bouche, coincé entre les dents du fond. Craintivement, je l’ai retiré du bout des doigts : on aurait dit une plume d’oiseau. […]
– C’est ce qu’on appelle du balut, un oeuf de cane qu’on fait cuire à la vapeur juste avant que le poussin ne naisse.
Ses explications m’ont donné envie de vomir tout le balut que je venais à peine d’avaler.

OGAWA Ito – Le ruban – pp. 191-193

Balut cuit et écaillé.

Proudly powered by WordPress | Theme: Baskerville 2 by Anders Noren.

Up ↑