Ce ne peut être que lui

Pour ce 42ème devoir, les consignes du Gout des Autres sont aussi énigmatiques que l’illustration proposée :

Qui est-elle ?
Existe-t-elle ?
Que fait elle là ?
À vous de le dire lundi…

J’entends un bruit de moteur. Ce ne peut être que lui.

Depuis ce matin, je le guette. Ce ne peut être que lui : depuis le début du confinement, plus personne ne vient me rendre visite. Dieu que cette solitude me pèse. Continuer la lecture

Publié dans Devoirs du Goût des Autres | 20 commentaires

Dans le ciel (BR2020-23)

Cette semaine, Carole nous demandait de lever les yeux et de montrer ce que nous y avions vu. Hélas… à part quelques méchants nuages, je n’ai rien vu de particulier ces derniers jours, même pas, comme je le chantais enfant, une mouche à miel pinçant sa guitare 🙁 . J’ai donc fouillé dans mes archives… J’y ai retrouvé des photos de feux d’artifice, mais il me reste à perfectionner ma technique des photos pyrotechniques, car, franchement, les résultats ne sont pas terribles 🙁 . J’ai également retrouvé quelques arcs-en-ciel, dont l’un ou l’autre particulièrement beau, et qui aurait pu servir au thème de la semaine dernière 😉 ! Finalement je suis remonté très loin dans le temps, et je vous propose un cliché qui date de près de 15 ans, fait avec mon premier « vrai » appareil photo numérique, un Canon EOS 300 D.

Pour celle et ceux que cela intéresse, Wikipedia nous apprend que le kitesurf ou planche aérotractée est un sport de glisse consistant à évoluer avec une planche à la surface d’une étendue d’eau en étant tracté par un cerf-volant (kite en anglais) spécialement adapté, nommé aile ou voile. Ce sport a pris son essor au début des années 2000.

Mer du Nord (Belgique) – 4 novembre 2005

Publié dans Projet 52 photos 2020 | 13 commentaires

Distanciation sociale

Sir John Lavery

Et voilà, les lundis se succèdent et ne se ressemblent pas. Hier, c’était férié, lundi de Pentecôte. Est-ce pour cela que je n’ai pas publié mon devoir ? Ou bien était-ce parce que j’étais sur un terrain de golf ? Car de golf, il en était bien question dans la proposition du Goût des Autres :

Je suis sûr que comme vous le soupçonnez à regarder cette toile de Sir John Lavery, le plus grand danger du golf reste le coup de « put »…
Vous direz lundi ce que vous pensez de la partie qui se joue sur cette toile…

En panne d’inspiration – en tout cas ce qui concerne la fiction – je pousse plutôt une gueulante 🙁 . Continuer la lecture

Publié dans Devoirs du Goût des Autres | 14 commentaires

June : So British

J’adore les mois thématiques : cela me permet de me concentrer pendant un mois sur la littérature d’un pays et d’apprendre à mieux la connaître. En avril, j’ai beaucoup lu d’auteurs belges (cinq romans en tout, mais – par chauvinisme – je lis déjà beaucoup de bouquins belges) et en mai, par manque de temps, j’ai lu deux auteurs espagnols. Et donc, en ce beau mois de juin, je vais (essayer de) beaucoup lire d’auteurs anglais, grâce à Lou, Titine et Lamousmé.

J’ai horreur des mois thématiques : je lis beaucoup en fonction du thème… mais je n’écris pratiquement aucun billet concernant mes lectures. Vous aurez compris que cela n’a rien à voir avec les mois thématiques, mais que c’est une conséquence de ma procrastination chronique… A force de remettre au lendemain, le mois est terminé, et je me dis que cela ne vaut plus la peine d’écrire ces billets obsolètes 🙁 .

Mais revenons à ce mois anglais : laissez-moi tout d’abord passer la parole aux organisatrices…

Le principe : partager tout ce que vous souhaitez autour de l’Angleterre (lectures, films, photos, recettes…) au cours du mois de juin.

Et pour donner des idées aux participants, un programme (bien chargé, mais non obligatoire) nous est proposé :

  • 3 juin : Un roman policier d’Agatha… Christie ou Raisin
  • 6 juin : Londres, en littérature mais pas que !
  • 9 juin : Romancière anglaise au choix
  • 11 juin : Epoque victorienne (roman victorien, néo-victorien, essai…)
  • 13 juin : Lecture jeunesse
  • 15 juin : Vintage novel (Cluny Brown, Angela Thirkell, romans Persephone…)
  • 18 juin : Essai ou biographie
  • 21 juin : Tessa Hadley
  • 23 juin : Cosy mystery
  • 26 juin : Une bande-dessinée
  • 29 juin : Barbara Pym

Je pense qu’il est inutile de préciser que je serai déjà bien content si j’écris cinq billets de participation à ce mois so english… 😉

Publié dans Challenges | Laisser un commentaire

Couleurs (BR2020-22)

Pour lutter contre la morosité ambiante, Carole nous propose cette semaine le thème Couleurs.

J’ai pour habitude de respecter les règles à la lettre. Or, dans les règles du Projet 52 photos, il en est une qui précise qu’il ne nous est permis de choisir qu’une seule photo. Mais pour une fois, désolé, je transgresse cette injonction. Il faut dire que cet après-midi, parmi les photos prises dans cette école primaire, j’ai eu beau en éliminer beaucoup, je n’ai finalement pas réussi à trancher entre les crayons qui ornent la barrière et le préau magnifiquement colorié. J’espère que vous me pardonnerez cet écart 😉 !

Si vous voulez en voir de toutes les couleurs, allez donc chez Les Bottes Rouges !

Namur (Belgique) – 31 mai 2020

Namur (Belgique) – 31 mai 2020

 

Publié dans Projet 52 photos 2020 | 15 commentaires

Hommage à Jean-Loup

Aldo Balding

Voici donc le quarantième devoir du Goût des Autres :

Mais que diable peut-il bien lui raconter ? Où veut-il en venir. Qu’attend-elle ? Que pense-t-elle de sa ballade ? À l’instant je n’en sais rien. Grâce à vous j’espère en savoir plus lundi sur ce que vous inspire cette toile d’Aldo Balding.

Actualité oblige, j’ai choisi de rendre un hommage à Jean-Loup Dabadie, qui nous a quittés hier. J’ai bien dit à Jean-Loup, pas à Donald ! Continuer la lecture

Publié dans Devoirs du Goût des Autres | 12 commentaires

Nature (BR2020-21)

Petite pause Nature, cette semaine, chez Les Bottes Rouges. Pas de problème pour moi, puisque même confinés, nous pouvions nous promener dans la campagne avoisinante. Mais le moral n’y est pas vraiment. Si, si, nous allons beaucoup marcher, mais c’est très rare que j’aie l’envie de prendre avec moi mon appareil photo. Alors, par esprit de contradiction, j’ai choisi une prise de vue faite lors de notre dernière sortie photographique juste avant que le confinement ne soit décidé. Bon d’accord, je n’ai pas choisi la plus enthousiasmante : cette souche ne reflète pas la joie de vivre 🙁 .

Domaine d’Haugimont à Gesves (Belgique) – 7 mars 2020

Allez, courage : la semaine prochaine nous verrons la vie en couleurs 😉 !

 

Publié dans Projet 52 photos 2020 | 10 commentaires

Rupture

Cela m’apprendra à m’absenter de la blogosophère : le Goût des Autres en profite pour mettre la barre de plus en plus haut pour ses devoirs. Il y a bien sûr toujours l’illustration censée faire jaillir en nous l’inspiration, mais il a maintenant ajouté la contrainte d’utiliser dix mots choisis avec soin dans son Dictionnaire des termes oubliés. Enfin, de la contrainte naît la créativité paraît-il…

Cette femme attend, mélancolique. Dites, à quoi pense-t-elle ?
Dans votre histoire il y aura ces dix mots : bibi, légèreté, trait, tomenteux, envie, nourrain, gypaète, nyctanthe, physique, nuage.

Continuer la lecture

Publié dans Devoirs du Goût des Autres | 16 commentaires

Moyen de transport (BR2020-20)

Déconfinement ? Où ça ? Ah oui, j’oubliais, tous les magasins sont à nouveau ouverts ! Malheureusement, nos gouvernants privilé-gient l’économique à l’humain : nous pou-vons accueillir nos proches chez nous, mais pas plus de 4 personnes, et toujours les mêmes ! Autrement dit, nous pouvons aller chez notre fille, mais eux ne peuvent pas venir chez nous, puisqu’ils sont cinq. Nous avons trois enfants, trois beaux-enfants et huit petits-enfants… Eh bien il faut choisir ! Et je n’ai pas compté nos mamans respectives, alors que dimanche passé, en Belgique, c’était la fête des mères… Il faut choisir ! Au risque, bien évidemment, de se fâcher avec une partie de sa famille… Ou bien alors, on décide de ne voir personne, ce qui résoud le problème du choix mais correspond au maintien d’un confinement social complet. Ou bien alors on ne respecte pas les règles et on culpabilise, puisque nos élus ne cessent de nous seriner qu’ils font confiance à la population et qu’il s’agit d’un contrat moral que tout citoyen doit respecter.

Ah oui, j’oubliais, demain, les coiffeurs et les instituts de beauté ouvrent à nouveau et un tiers des enfants peuvent retourner à l’école. Et les grands-parents peuvent à nouveau garder leurs petits-enfants. A condition d’avoir moins de soixante-cinq ans et que les dits petits-enfants fassent partie du groupe de 4 personnes dont je parlais plus haut. Le choix est donc cornélien ! Et on ne parle pas d’élargissement de ce nombre avant (au moins !) le 8 juin… Heureusement, on peut aller faire du shopping ! Donc, pour pouvoir revoir tous nos enfants en respectant les règles, on se donne rendez-vous chez Ikea ou chez Carrefour…

Je commence à en avoir marre. Mais vraiment marre ! Alors, les moyens de transport, chez nous, ils sont tout juste bon à servir de décoration, comme ces deux vélos attachés à un mur, que j’ai photographiés cette semaine. (Oui, j’ai désobéi aux règles, j’ai commis un déplacement non essentiel, chut, ne le dites à personne 🙁 ).

Si vous voulez vous évader, c’est chez Les Bottes Rouges que cela se passe 😉 !

Profondsart (Belgique) – 12 mai 2020

Publié dans Projet 52 photos 2020 | 8 commentaires

Noces d’émeraude

J’ai un problème avec le temps qui passe. Et plus le temps passe, plus ce problème prend de l’importance. Ni le passé, ni le présent, ni le futur ne trouvent grâce à mes yeux.

Il est évident que je suis encore plus sensible à cette problématique de la temporalité à l’occasion d’un anniversaire. Comme aujourd’hui, par exemple, puisque cela fait exactement quarante ans que Catherine et moi nous sommes mariés. Oui, je sais, fêter quarante ans de mariage en quasi quarantaine, ce n’est pas le top du top 🙁 . Quarante ans sans nuages ? Allons donc, rien de plus déprimant qu’un ciel uniformément bleu ! Mais jamais de pluies trop abondantes qui provoquent des inondations, jamais d’orages dévastateurs. Juste de temps en temps l’une ou l’autre ondée rafraîchissante. Bref, je cause, je cause, et pendant ce temps là le temps passe, il est temps de s’en préoccuper.

Faire-part de mariage – 3 mai 1980

Hier soir, déjà, nous avons fêté nos noces d’émeraude. Confinement oblige, nous n’avons bien évidemment pas pu faire cela au restaurant comme initialement prévu. Heureusement, l’un de nos restaurants préférés organisait justement ce week-end un service de plats à emporter. Un vrai délice ! Mais je m’égare. Continuer la lecture

Publié dans Vivre | 4 commentaires