Rattraper le temps perdu

Le temps perdu
Vouloir le rattraper c'est du temps du temps perdu
Comme les illusions de nos vingt ans du temps perdu
Ce qui est important c'est le temps de l'inconnu
Avec tous les bonheurs qu'il nous tend inattendus
Laisse tomber c'était du mauvais temps le temps perdu
Courir après c'est du temps perdu

J'aurais pu faire c'est vrai, tant de choses
Pourquoi pas inventer une rose
Être marchand de thé à Formose
Savant, marin, maçon, écrire des chansons

Le temps perdu
Vouloir le rattraper c'est du temps du temps perdu

 Je peux vous le dire, l'ayant expérimenté, la méthode Coué est largement surfaite ! Yes I can, disait le blogueur qui ne bloguait plus. Alors oui, ces dernières semaines, ces derniers mois, j'ai pas mal lu, je suis allé au théâtre, je suis allé au cinéma. J'ai accumulé beaucoup d'opportunités de billets... mais n'en ai concrétisé aucune... Chaque fois que j'ouvre mon blog et que je vois ces trop nombreux articles vides dont je n'ai encore écrit que le titre, et dont la date de publication reste indéterminée, je culpabilise. Je me dis qu'il est plus que temps de rattraper le temps perdu ! Mais ne serait-ce pas perdre mon temps ? Alors, basta, j'ai mis à la poubelle mes projets d'articles pour le mois belge (avril) et pour les mois italien et espagnol (mai). Et j'essaierai de reprendre en douceur (et en continuité ?) ce blog avec mes lectures pour le mois anglais (juin).

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Une page se tourne...

mais ce n'est pas encore la fin du livre, ni même du chapitre...

Je sens la fin approcher et cela - je ne sais pas si c'est le terme correct, mais c'est ainsi que je le ressens - m'angoisse.

Rassurez-vous, ce n'est pas de ma fin de vie que je parle, encore que l'on ne puisse pas vraiment dire qu'elle s'éloigne, mais non, c'est de la fin de ma carrière professionnelle que je parle. Lundi, c'était mon avant-dernier Conseil Pédagogique. Hier, c'était mon avant-dernier Comité de Concertation. Et aujourd'hui, c'était mon dernier cours... Oui, une page s'est tournée.

Certains aspirent à la pension. Ce n'est pas mon cas, même si j'ai effectivement décidé de la prendre de manière anticipée au premier septembre de cette année, juste avant l'ouverture d'une nouvelle année académique : j'aurais encore pu travailler durant près de deux ans. Mais mon épouse venant d'être pensionnée il y a deux mois (elle aussi de manière anticipée), nous avons estimé plus enrichissant (pas pécuniairement frown !) de prendre notre retraite presque en même temps.

Le chapitre de ma vie professionnelle ne se terminera donc que dans trois mois et demi, mais aujourd'hui la page de la présence devant un auditoire s'est tournée. D'ici la fin du chapitre, il me restera encore pas mal de boulot : administratif, puisqu'il me reste à terminer ma mission de coordinateur qualité, mais aussi d'enseignement, puisque la session de juin et celle d'août m'attendent toujours, soit environ encore cinq cents copies d'examens à corriger.

La pension en elle-même ne me fait pas peur, je ne crains pas de m'ennuyer ! Mais c'est la signification pyschologique, émotionnelle qui me fragilise : c'est la concrétisation inéluctable que je vieillis, et que il me faudra progressivement renoncer à nombre d'activités.

Mourir cela n'est rien
Mourir la belle affaire
Mais vieillir... ô vieillir

Jacques Brel

Bref, je ne veux pas me trouver des excuses, mais je crois qu'il faut chercher dans mon mal-être actuel le silence qui se prolonge sur mon blog.

Quoiqu'il en soit, puisque une page s'est tournée, il faut se se secouer un peu et entamer une nouvelle page ! Je vais donc essayer de tenir ce blog plus régulièrement, je crois que c'est important pour mon équilibre personnel, mais je ne promets rien, car je me sens encore bien fragile...

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

De retour

Rassurez-vous ! Ce n'est pas d'avoir trop fêté mon anniversaire qui explique mon absence de plus d'une semaine de ce blog wink !

Non, beaucoup plus simplement, en Belgique, cette première semaine était la première semaine des vacances de Pâques, aka de Printemps. Et comme, pour quelques semaines encore, je suis toujours enseignant, nous en avons profité pour aller passer cette semaine en Normandie, plus exactement dans le Cotentin, et encore plus précisément à Barfleur. De tout cela, je vous reparlerai dans de prochains billets.

Lire la suite : De retour

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

63

IV.IV.MCMLVI

C'est ma date de naissance... C'est-à-dire il y a très approximativement 1.988.064.185 secondes, soit 33.134.402 minutes, ou encore 552.240 heures, mais je suis encore dans l'approximation, car je ne me souviens pas de l'heure de ma naissance...

Soyons donc plus précis : il y a 23.010 jours (oui, j'aurai exactement 24.000 jours dans 990 jours, soit le 19 décembre 2021 wink), c'est à dire 3.287 semaines. Ou encore, 756 mois.

Je vous ennuie avec tous mes chiffres ? Désolé, mais n'oubliez pas que je suis prof de math tongue-out ! Enfin, pour les esprits chagrins, je suis bon prince, j'ai aujourd'hui exactement 63 ans.

Pas de quoi en faire un plat, me direz-vous, ce n'est même pas un chiffre rond frown. Qu'à cela ne tienne : d'après le très officiel SFP (autrement dit le Service Fédéral des Pensions) je peux prendre ma pension cool ! Comme cette possibilité prend cours le mois suivant son anniversaire, c'est très exactement le 1er mai que je peux prendre ma pension. J'ai bien dit peux ! Je ne suis pas obligé ! Je peux tout aussi bien travailler jusque 65 ans ! Mais bon, faut quand même pas exagérer... J'ai simplement décidé d'achever cette année académique, et de prendre ma pension au 1er septembre de cette année.

Bref, j'aurai alors plus de temps pour lire et pour tenir ce blog. Quoique... D'après mes connaissances pensionnées, on a encore moins de temps pour soi quand on est à la retraite surprised... Nous verrons bien : dans cinq mois, je vous dirai ce qu'il en est réellement.

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)