Cela faisait longtemps que je n'avais plus mis les pieds en librairie, je parle ici d'un magasin de journaux et de revues. Question de prudence : j'ai tendance à succomber trop facilement et à accumuler des revues que je ne lis, au mieux, que quelques semaines plus tard. Bref, comme j'étais en manque, j'ai craqué et suis revenu avec une revue financière, une revue de philosophie, une autre de photographie et une dernière, littéraire. C'est de celle-là dont je vous parle aujourd'hui.

C'est vrai que j'aurais dû me méfier au premier coup d'oeil ! Comment ne pas être intrigué qu'une revue qui porte fièrement le numéro 6 se glorifie encore du slogan Nouveau ? Mais bon, la liste des auteurs dont la couverture promettait de parler a endormi ma méfiance. J'ai donc acheté, sans pousser d'avantage mon analyse. Pourtant, l'absence d'éditorial aurait également dû me mettre la puce à l'oreille ! Vous en connaissez beaucoup, vous, de magazines sérieux qui n'ont pas d'éditorial, ne serait-ce que pour présenter succintement le contenu du numéro ?

Mais ce qui aurait dû me faire reculer, c'est une étude à peine approfondie de la table des matières, jugez-en plutôt ! Il y a deux articles sur Guillaume Musso : un à la page 24, l'autre à la page 48. Quant à Luc Ferry, c'est un peu plus vicieux : la table des matières l'annonce en page 4. Et il y est ! Mais il s'est aussi glissé une deuxième interview, à la page 90, qui, elle, est absente de la table des matières.

Bon, puisque je l'ai acheté, ce magazine, je l'ai quand même lu. Dans le premier article consacré à Guillaume Musso, il présente son dernier roman : L'instant présent (paru en mars 2015 !). Dans le deuxième article... son dernier roman en date est La fille de Brooklyn (paru en mars 2016 !). Quant à l'interview de Michel Serres, il n'est nullement indiqué - même pas dans un petit encadré - que celui-ci est malheureusement décédé le premier juin de cette année. Je rappelle que le numéro est celui de Juillet-Août-Septembre 2019. Un dernier exemple ? Le dernier roman de Joël Dicker est Le livre des Baltimore (2015 !) Et tout le reste est à l'avenant... frown. Bref, ce magazine made in Laffont presse n'est qu'un florilège d'anciens articles parus dans Le magazine des Livres (également made in Lafont presse). Pour l'interview de Michel Tournier, ils ont l'honnêteté d'indiquer qu'il s'agit d'une republication d'un article de 2009, mais pour les autres, nada... !

Que l'on republie, dans un numéro "spécial été", d'anciens articles ne me dérange pas outre mesure , mais l'indiquer clairement sur la couverture ou sur la première page me semble être le minimum minimorum de l'honnêteté !

Bref, un vrai piège à cons ! Le problème, c'est que je suis tombé dans le piège... cry

Comments est propulsé par CComment