Une maison de rêve (A Desirable Residence)

traduit de l'anglais par France Camus-Pichon

Madeleine Wickham

Belfond - 1999 (1996 pour l'édition originale)

348 pages

 (lu entre le 4 et le 10 juin 2019)

Je ne vais pas dire que cet ouvrage est une déception, puisque je m'attendais à rien. En fait, cherchant un roman pour le mois anglais, j'ai découvert ce livre par hasard, abandonné par une de nos filles dans sa chambre, tel un bout de bois devenu inutile, que la mer rejette sur le rivage. Je ne connaissais pas du tout Madeleine Wickham, et à peine - de nom seulement - son pseudo Sophie Kinsella. Disons, pour ne vexer personne, que ma découverte de cette auteur s'arrêtera ici.

Intrigue insipide, personnages à la limite de la caricature, dénouement gnangnan... Bref, pas grand chose à retenir, sinon que cela se laisse lire quand on est (vraiment très) fatigué, ce qui devait être mon cas durant la première quinzaine de juin.

Ce qui m'intrigue le plus, c'est que je n'ai pratiquement trouvé aucune critique positive de ce roman, alors que Sophie Kinsella, elle, semble beaucoup plus appréciée. Quand on connaît le succès des romans de Sophie Kinsella et que l'on sait que les oeuvres écrites sous son vrai nom, Madeleine Wickham, leur sont antérieures, on ne peut que se dire qu'il y a beaucoup d'opportunisme et de marketing dans cette réédition.

Allons, si l'occasion se présente, pour me forger ma propre opinion, peut-être lirai-je un roman de Sophie Kinsella ? Juste pour comparer wink...

L'avis d'autres blogueurs

  Anaïs Valentetrouve la fin encore plus décevante que l’intégralité du roman. Aline est à peine moins critique : C'est un roman « basique » qui n'enchante guère. Pour Anne-Vie, c'est également une déception, un peu sans queue ni tête.

Ailleurs sur la Toile

Chez Babelio non plus, vous ne trouverez guère de critiques positives...

Challenges

Bon, ce roman, je l'ai choisi (même si c'était une mauvaise pioche) et lu dans le cadre du Mois Anglais. Mais voilà, il est terminé depuis deux jours...

Reste bien évidemment le challenge Voisins - Voisines 2019 !

Incipit

Inutile de se fâcher, se dit Liz. Il n'y est pour rien, le malheureux. Son exposé terminé, l'employé de l'agence immobilière la regardait d'un air inquiet, espérant une réponse. Afin de gagner du temps, elle jeta un coup d'oeil par la fenêtre à guillotine du bureau, dont les vitres encore ruisselantes de pluie scintillaient sous le soleil de cette journée changeante de septembre. Elle découvrit un petit jardin clos, avec un banc en fer forgé blanc et des jardinières garnies de fleurs. Sûrement très agréable à la belle saison, pensa-t-elle, oubliant d'ailleurs que l'été n'était pas fini. Elle avait toujours plus de un mois d'avance sur le calendrier.

Quatrième

Le marché immobilier n'est plus ce qu'il était : leur ancienne maison n'a pas encore trouvé preneur et, déjà, les Chambers sont couverts de dettes. Quelle idée, aussi, de faire l'acquisition d'une école privée ! Professeurs sourds au dialogue, bilan comptable écarlate... Penché sur ses comptes, Jonathan voit son rêve s'écrouler, quand Liz, elle, s'envole vers d'autres bras...Ceux de Marcus, séduisant directeur d'une agence immobilière ! Non content d'être un amant parfait, le gentleman trouvera des locataires pour la maison vacante. Et quels locataires ! Un couple délicieux. Elle est attachée de presse, il est acteur pour la télé. Rien de tel pour retenir l'attention d'Alice, la fille ado des Chambers, midinette que le déménagement n'enthousiasme guère... Bail à céder et coeurs à prendre !

Comments est propulsé par CComment