Feuille blanche

Non, ce n'est pas de l'angoisse de la page blanche qui saisit parfois l'écrivain dont je voudrais vous parler aujourd'hui, mais de la possibilité qui est offerte à chacun de nous de faire de chacune de nos journées quelque chose d'exceptionnel. Ici aussi, une nouvelle journée est sur le point de commencer. Peut-être sera-t-elle comme les autres ou, au contraire, au sens plein du terme, sera-t-elle exceptionnelle et mémorable. Dans tous les cas, pour chacun, là, maintenant, c'es une feuille blanche sur laquelle rien n'a encore été écrit. Haruki Murakami - Le passage de la nuit - p. 228 Comme…

Continuer la lecture Feuille blanche

J comme Jean-Michel

Je ne parle pas de Jean-Michel Saive, dit Jean-Mi, mais de Jean-Michel Folon. Hier, pour la deuxième fois, nous avons essayé de visiter l'exposition d'une quinzaine de ses sculptures dans le cadre majestueux des ruines de l'abbaye de Villers-la-Ville. Hélas, hier comme la première fois, nous avons dû faire demi-tour au vu de la gigantesque file d'attente. Comme nous sommes du genre persévérant, aujourd'hui, nous n'avions plus le choix : c'était le dernier jour de l'exposition en question. Nous étions donc déjà dans la file d'attente une demie-heure avant l'ouverture de la billetterie. L'avantage d'avoir été si matinal, c'est qu'une…

Continuer la lecture J comme Jean-Michel

H comme Hésiter

Quand j'étais jeune (il y a longtemps :-( ), j'étais bien sûr ouvert aux grandes questions existentielles, mais la philosophie ne m'a alors jamais vraiment interpellé. Il faut dire qu'en Belgique (contrairement à ce qui se passe en France, si j'ai bien compris) il n'y avait pas dans le secondaire (et il n'y a toujours pas) de cours de philosophie. Ce qui est bien regrettable. Tout au plus notre prof de français de rhéto nous a-t-il fait lire Camus et Malraux. Je n'ai donc pas eu à hésiter : la philosophie n'était tout simplement pas dans mon champ de vision.…

Continuer la lecture H comme Hésiter

Espoir

On n'est bien sûr pas ici dans l'espoir béat, attentiste, mais dans l'espoir qui s'incarne dans l'action. Car ce n'est que l'action qui peut donner son sens à l'espoir ! Mais c'est vrai que personnellement j'éprouve souvent beaucoup de difficultés à me mettre en mouvement... Allons, nous sommes dans le cadre de la pensée positive du dimanche, donc, plutôt que pleurer sur mon inaction, il est temps d'agir ! Et d'espérer !  

Continuer la lecture Espoir

Crise

Le dimanche, j'ai rarement beaucoup de temps à consacrer à mon blog (et quand j'en ai, je le consacre au devoir du Goût ;-) ). J'inaugure donc aujourd'hui une nouvelle rubrique qui vous proposera - autant que faire se peut ;-) - une pensée positive. Je ne la développerai guère, libre à vous de la laisser germer en vous :-) ! En chinois, le mot crise se dit wei ji. Ce mot comprend donc deux idéogrammes : wei qui signifie "danger" ji qui signifie « point de basculement » ou « moment décisif » Il est interpellant de voir que…

Continuer la lecture Crise

En manque d’affection

Dans mon billet du 2 janvier, j'écrivais qu'un des traits qui me caractérisent le plus est cette impression d’être constamment en manque et que j’avais toujours eu des difficultés relationnelles avec mes parents. Quant à David Foenkinos, Wikipedia nous apprend que ses parents étaient souvent absents. Est-ce pour cela que le narrateur de Les souvenirs évoque à deux reprises le manque d'affection de ses parents ? Toujours est-il que ces deux passages m'ont particulièrement touché... On cherche toujours des raisons à l'étroitesse affective de nos parents. On cherche toujours des raisons au manque d'amour qui nous ronge. Parfois, il n'y…

Continuer la lecture En manque d’affection

Changement disruptif

Ce changement disruptif, je le prépare depuis deux mois. C'est dans cette optique que j'ai mis mon blog en pause en novembre et décembre. Mais il est clair que cette envie de changement dépasse largement le simple cadre de mon implication dans la blogosphère ! En fait, en ce premier jour de l'an (j'ai commencé à rédiger ce billet hier ;-) ), mon changement disruptif n'est rien d'autre que l'expression de mes bonnes résolutions. Ou ne serait-ce pas plutôt l'inverse ? Mes bonnes résolutions sont la concrétisation du changement disruptif auquel j'aspire. Alors, en vrac et dans le désordre :…

Continuer la lecture Changement disruptif

La fable des gros cailloux

L'histoire est bien connue, je ne vous apprendrai sans doute rien en vous la racontant : Lors d’un séminaire aux Etats-Unis, à la célèbre université de Harvard, un vieux professeur de philosophie fut sollicité pour tenir une conférence devant les plus hauts dirigeants de la planète. Le thème en était le temps. Ces hommes et ces femmes responsables du destin du monde étant très occupés, le professeur ne disposait que d’un quart d'heure pour dispenser son enseignement. Il se présenta devant cette illustre assemblée et la salua d’un sourire. Il scruta les visages lentement, un par un, puis prit la…

Continuer la lecture La fable des gros cailloux

I comme Instant

Mais vous êtes tous des inquiets. Trois fois par an, dès que j’arrive dans ma famille, on commence par me demander : « Quand reviendras-tu ? » . Je réponds : « Mais je suis là ! »… Vivre l’instant, c’est donc si difficile ? reprit-elle comme pour elle-même. Ils voudraient tous vivre déjà demain ; mais demain, dans deux jours, sera hier ! Il n’y a qu’aujourd’hui qui soit intéressant. Ils perdent un jour chaque jour…

Gilbert Cesbron – Une abeille contre la vitre – P.79

Voilà mon drame : j’éprouve d’énormes difficultés à vivre dans l’instant présent… Certes, j’ai souvent tendance à évoquer le passé (avec surtout pour conséquence de vivre mille regrets) mais encore plus de me projeter dans le futur, ce qui ne manque pas de me stresser. Quant à vivre l’instant présent en toute sérénité… (suite…)

Continuer la lecture I comme Instant

Y comme Y mettre du sien

Il y a une blague italienne que j'adore : un homme pauvre va tous les jours à l'église prier devant la statue d'un saint. "Cher saint, le supplie-t-il, s'il te plaît, s'il te plaît... accorde-moi la grâce de gagner à la loterie." Cette supplique se poursuit des mois et des mois. Pour finir, la statue, au comble de l'exaspération, prend vie et, baissant les yeux sur le quémandeur, lui dit, avec dégoût et lassitude : "Mon fils, s'il te plaît, s'il te plaît... achète-toi un billet." Elizabeth Gilbert - Mange, Prie, Aime - p. 274 Non, mais c'est vrai quoi,…

Continuer la lecture Y comme Y mettre du sien