Plus vivant que hier

Il y a quelques jours, je vous l’ai partagé, j’envisageais de fermer ce blog définitivement. Je m’étais donné comme deadline pour ma décision le 4 avril, jour de mes 66 ans. Si vous me lisez, vous aurez compris que j’ai finalement décidé de poursuivre l’aventure.

En fait, je voulais que ce jour de mon anniversaire soit pour moi un jour de bascule. J’ai commencé à ranger mon bureau. J’ai, entre autres, jeté des dizaines de revues d’informatique. Non seulement elles étaient devenues obsolètes, mais pour lutter contre ma procrastination chronique et ma tendance à l’éparpillement, j’ai décidé de ne plus consacrer à l’informatique que le minimum syndical. Et de plutôt concentrer mon énergie sur la littérature et en particulier sur l’écriture. Il n’est jamais trop tard pour faire des choix !

Dans le cadre de cette « seconde vie » (j’espère prendre le temps, dans un proche futur, de revenir sur cette notion), j’ai voulu, comme je l’indiquais, rénover mon blog. Hélas, juste punition des dieux, j’ai sans doute fait une mauvaise manoeuvre, j’ai perdu tout le contenu de mon blog. Moi qui rêvais d’un « nouveau départ en douceur », me voilà confronté à une page blanche, tout reste à écrire !

Au fait, en parlant d’anniversaires, ne trouvez-vous pas étrange de les fêter, alors qu’ils consacrent en réalité le fait de nous rapprocher de la mort ? Merci à Caroline de m’avoir fait découvrir ce merveilleux texte de Robert Desnos :

Je me lèverai demain matin
Plus tôt qu’aujourd’hui
Le soleil demain matin
Sera plus chaud qu’aujourd’hui
Je serai plus fort demain matin
Plus fort qu’aujourd’hui
Je serai gai demain matin
Plus gai qu’aujourd’hui
J’aurai demain matin
Plus d’amis qu’aujourd’hui
Et bien que demain matin
La mort soit plus proche qu’aujourd’hui
Je serai demain matin
Plus vivant plus vivant qu’aujourd’hui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Proudly powered by WordPress | Theme: Baskerville 2 by Anders Noren.

Up ↑

%d blogueurs aiment cette page :