Jardin public

Défi N° 2 : La consigne est simple : décrire une rencontre entre deux personnages, un homme et une femme dans un jardin public. Ils peuvent se connaître ou pas. Se parler ou pas. À vous de décider. Laissez aller votre imagination. Pensez à écrire avec les 5 sens.  
Écrivez une page minimum. Narration. Dialogues… C’est comme vous le sentez !

Vous ai-je déjà raconté comment tout a commencé ? Non ? Alors voilà.

C’était en janvier 2018. Le premier janvier exactement. Vers les huit heures du matin. Oui, tout à fait, tôt le lendemain du réveillon ! Je me souviens très bien de la date précise, car je suis un homme de bonnes résolutions. Or, en 2018, j’avais décidé d’entamer une nouvelle vie, de me remettre au sport et d’arrêter de fumer. Ce premier petit footing matinal ne m’avait nullement pesé : célibataire, j’avais comme chaque année passé le réveillon seul dans mon appartement et je m’étais mis au lit bien avant minuit. En ce premier jour de l’an j’étais frais et dispos.

Ce matin là, donc, je terminais mon jogging quand tout a commencé. Je n’avais pas ménagé mes efforts et j’ai été forcé de m’arrêter dans le parc public situé à une centaine de mètres de chez moi pour reprendre mon souffle. Appuyé contre un arbre, je m’amusais à regarder mon haleine se transformer en une brouée éphémère quand mon attention a été attirée par un gémissement. Lorsque j’ai entendu que celui-ci se transformait en pleurs, j’ai voulu savoir d’où ils provenaient. C’est alors que je l’ai aperçue, assise sur un banc de l’autre côté de l’allée. Je me suis précipité vers elle et quand je l’ai vue de près, j’en ai eu le souffle coupé. Quelle beauté ! Elle avait une peau dorée que l’on avait envie de caresser, des cheveux noirs bouclés dans lesquels on rêvait de passer la main. Elle devait avoir tout au plus une vingtaine d’années, mais une grande maturité semblait se dégager d’elle, comme si elle avait déjà beaucoup vécu. Ses vêtements élimés, trempés, sentaient le chien mouillé. L’odeur était si forte que j’en ai eu un haut-le-coeur, qui me laissa un goût amer en bouche. Avait-elle donc passé la nuit dehors ? A travers ses larmes, je distinguais deux yeux d’un bleu sans pareil, mais son regard me sembla fiévreux. J’ai voulu en avoir le coeur net. Lentement, pour ne pas l’effaroucher, j’ai approché ma main de son front. Quand je l’ai touchée, j’ai dû me rendre à l’évidence, elle était brûlante.

Que pouvais-je faire ? Avais-je vraiment le choix ? N’avais-je pas décidé que 2018 serait pour moi l’année d’un nouveau départ ? Je n’ai donc pas hésité et lui ai proposé de venir boire un café chaud chez moi. Et même, si elle le voulait, une douche. Et pourquoi pas, se reposer un peu dans la chambre d’amis. En m’entendant parler, elle s’est arrêtée de pleurer et m’a longuement regardé, mais elle n’avait pas l’air de m’avoir compris. En parlant le plus lentement possible, j’ai réitéré ma proposition. Au bout d’un moment, elle m’a souri et j’ai enfin entendu le son de sa voix, qu’elle avait douce et chaleureuse.

« Thank you », m’a-t-elle dit.

Voilà comment tout a commencé. Depuis lors, j’ai arrêté le jogging et me suis remis à fumer. Mais je continue d’héberger des migrants chez moi quand l’occasion s’en présente.

Cet article a 3 commentaires

  1. Passion Culture

    Merci à vous deux 🙂 !

Laisser un commentaire