Politiquement incorrect

Toutes les opinions méritent d’être respectées. Dans un sens, comme dans l’autre. J’espère donc que mon texte n’offensera personne !

Mais où va-t-elle ?
Pourquoi ?
N’aurait-elle pas pu choisir un autre moment ?
Mais pourquoi diable semble-t-elle si pressée ?
D’ici lundi vous aurez sans doute eu une idée.
Et peut-être en aurais-je eu une…

Sandra marche vite. Très vite. Court presque. Il pleut, mais elle n’en a cure. Une seule chose compte : elle ne peut se permettre d’être en retard.

Sa vie a basculé deux ans plus tôt, au tout début de la pandémie. Sa mère en a été une des premières victimes. Son décès les avait plongés, son père et elle, dans une profonde dépression. Mais le temps passe, qui parfois guérit les plus profondes blessures. Il en avait été ainsi pour monsieur Hayon qui deux mois plus tard épousait en secondes noces une médecin, veuve elle aussi, mais d’un accident de voiture. De toutes manières, avait-elle coutume de dire, la route tue bien plus que la covid, qui n’est au fond qu’une grippette.

Sandra jette un rapide coup d’oeil à sa montre. Il lui faut encore aller plus vite. Elle doit avoir rejoint son domicile avant l’heure fatidique.

De son premier mariage, sa belle-mère a deux filles. Sous des airs avenants, elles cachent une propension maladive à croire toutes les fadaises que leur mère leur conte. A la maison, Sandra est la seule vaccinée. Peut-être son père aussi, mais alors il l’aura fait en cachette de son épouse, qui professe que n’importe quelle personne sensée comprend que les vaccins ont été trop rapidement développés pour être fiables et que de deux maux il faut toujours choisir le moindre. Parole de médecin.

Ce soir, c’était la fête chez un ami de sa belle-mère, député de son état, à l’occasion du centième devoir du Goût. Fête clandestine bien sûr, ce peureux ministre de la santé ayant fait pression sur le gouvernement pour de nouveau imposer un couvre-feu et fermer les restaurants.

Vite. Encore plus vite. Toujours plus vite.

Elle ne voulait bien sûr pas y aller à cette fête. D’ailleurs, elle n’était même pas invitée, au contraire de ses deux demi-soeurs. Oui mais voilà, en haut lieu on avait estimé qu’on n’est jamais trop prudent et qu’il valait mieux que le service aux tables soit assuré par du personnel vacciné. Sandra avait donc été réquisitionnée par sa belle-mère et monsieur Hayon n’avait osé s’y opposer. Le repas terminé, on lui avait gentiment fait comprendre qu’il était temps pour elle de rentrer car, vaccinée ou pas, le couvre-feu s’appliquait ! Quant aux invités, ils feraient la fête jusqu’au bout de la nuit.

Sandra entend le premier des douze coups fatidiques. A bout de souffle, elle accélère encore. Soudain, son talon gauche s’enfonce dans un trou et se brise net. Elle abandonne sa chaussure et enlève même l’autre, pour mieux courir pieds nus. Tant pis. Elle sait bien que personne ne les lui rapportera. Il y a longtemps qu’elle ne croit plus au prince charmant.

 

Cet article a 12 commentaires

  1. Adrienne

    Tu as réussi à faire encore plus triste que Cendrillon 😉

    1. Passion Culture

      C’est vrai que Sandra Hayon a eu une bien triste vie 😉 .

  2. heure-bleue

    Elle rencontrera son Prince Charmant et il sera vacciné.

    1. Passion Culture

      Effectivement, les deux doivent aller de pair 😉 .

  3. Le Prince Charmant n’est finalement pas plus bête et bien plus attirant comme conte que celui raconté par ceux qui pensent qu’on nous inocule la 5G par voie intra-musculaire pour asservir les pauvres et les tuer (ce qui est assez con parce que vu le nombre de pauvres nécessaire pour fabriquer un riche, c’est se tirer une balle dans le pied …)

  4. delia

    Le nouveau conte du chaperillon Rouge ! mais il sonne comme une histoire vraie.

  5. Gwen

    La voilà au moins en sécurité, loin de ces donneurs de leçons.
    Bien sûr que son Prince Charmant sera vacciné !

    1. Passion Culture

      Ah s’il suffisait d’être vacciné pour être Prince Charmant 😉 …

  6. Julie

    Ma fille s’appelle Sandra, et, question vaccin, elle en connait un sacré rayon. Jamais, elle n’aurait invité quelqu’un de non vacciné chez elle.. encore maintenant.. J’aime beaucoup ce conte moderne…Dommage que l’histoire s’arrête, car, j’aurais bien aimé voir le prince charmant arriver sur son blanc destrier…

    1. Passion Culture

      🙂 !

  7. Emilicelina

    Bien sûr qu’elle rencontrera son prince charmant…il lui apprendra peut être à ne pas se laisser traiter de cette façon…

  8. Photonanie

    Mais qui a dit que les princes charmants n’existaient pas? C’est clair cependant que s’ils ne sont pas vaccinés ils risquent de laisser d’autres souvenirs que leur charme… 😉

Laisser un commentaire