Trois fois dès l’aube

Trois fois dès l’aube
(Tre volte all’alba)

Alessandro Baricco

Traduit de l’italien par Lise Caillat

Gallimard – 2015

121 pages

(lu entre le 27 et le 28 avril 2021)

 

Avis

Voilà un petit (120 pages) livre surprenant, à la construction intrigante, que je ne peux que vous conseiller de lire.

A première vue, il s’agit d’un recueil de trois nouvelles, construites sur une trame commune : la rencontre entre deux personnages, un homme et une femme, chacune de ces rencontres commençant dans un hôtel et se terminant à l’aube.

Oui, mais voilà… on comprend vite que dans ces trois nouvelles ce sont les deux mêmes personnages qui se rencontrent. Mais c’est à chaque fois la première et la dernière fois qu’ils se rencontrent… Toutefois, plusieurs éléments biographiques de ces deux personnages sont récurrents d’une histoire à l’autre… Subtil !

Oui, mais voilà… Les repères temporels ne sont pas du tout cohérents : dans une des nouvelles, l’homme est plus âgé que la femme, dans une autre c’est le contraire… Mais la psychologie des personnages et leur vécu restent cohérents du début du livre jusqu’à la fin. Du grand art !

Bref, un vrai régal. Seul petit bémol pour moi, la présentation typographique ne distingue pas le texte « normal » des dialogues, ce qui nuit parfois à la fluidité de la lecture. Par ailleurs, l’idée de base de la construction de ce « roman » aurait pu, me semble-t-il, être encore poussée un peu plus loin. Mais ne boudons pas notre plaisir.

Enfin, cerise sur le gâteau : voici ce que l’auteur écrit en préliminaire à cet ouvrage (en 2012) :

Dans le dernier roman que j’ai écrit, Mr Gwyn, il est question, à un moment donné, d’un petit livre écrit par un Anglo-Indien, Akash Narayan, et intitulé, Trois fois dès l’aube. Il s’agit naturellement d’un livre imaginaire mais, dans les événements imaginaires qui l’entourent, il joue un rôle tout sauf secondaire. Le fait est qu’en écrivant ces pages l’envie m’est venue d’écrire aussi ce petit livre, un peu pour offrir un discret et lointain prolongement à Mr Gwyn et un peu pour le pur plaisir de suivre une idée que j’avais en tête. Ainsi, Mr Gwyn terminé, je me suis mis à écrire Trois fois dès l’aube, chose qui m’a beaucoup amusé.

Inutile de vous dire que j’ai bien évidemment envie de lire Mr Gwyn au plus vite !

L’avis d’autres blogueurs

Pour Jostein, il s’agit d’un petit plaisir à ne pas bouder, et pour Folavril un coup de coeur. Etlire salue une écriture souple, précise, élégante.

Tout aussi enthousiastes : D’une berge à l’autre, Papillon et Hélène.

Ailleurs sur la Toile

Le Devoir est très positif. Pour France Info, ce court roman est un délicieux concentré de Baricco.

Challenges

Cette (très belle) lecture participe bien évidemment au Mois Italien !

Incipit

Ces pages racontent une histoire vraisemblable qui, toutefois, ne pourrait jamais se produire dans la réalité. Elles décrivent en effet deux personnages qui se rencontrent à trois reprises, mais chaque rencontre est à la fois l’unique, la première, et la dernière. Ils peuvent le faire parce qu’ils vivent dans un Temps anormal qu’il serait vain de chercher dans l’expérience quotidienne. Un temps qui existe parfois dans les récits, et c’est là un de leurs privilèges.

Quatrième

Deux personnages se rencontrent à trois reprises dans un hôtel, jusqu’à ce que l’aube se lève et avec elle, la promesse d’un nouveau départ. Un homme se confie à une femme plus âgée que lui, un portier aide une jeune femme à s’affranchir de son passé et une inspectrice de police cherche à protéger un orphelin. Habilement enchevêtrées, ces histoires donnent à voir l’étendue des talents d’Alessandro Baricco. D’autant plus que le titre n’est pas sans rappeler celui d’un livre mentionné dans son dernier roman… Mr Gwyn.

Cet article a 2 commentaires

  1. Martine

    J’aime beaucoup l’écriture d’Alessandro Baricco. Tu vas aimer Mr Gwyn. Merci pour ta participation

    1. Passion Culture

      Je me réjouis de le lire !

Laisser un commentaire