H comme Hésiter

Quand j’étais jeune (il y a longtemps 🙁 ), j’étais bien sûr ouvert aux grandes questions existentielles, mais la philosophie ne m’a alors jamais vraiment interpellé. Il faut dire qu’en Belgique (contrairement à ce qui se passe en France, si j’ai bien compris) il n’y avait pas dans le secondaire (et il n’y a toujours pas) de cours de philosophie. Ce qui est bien regrettable. Tout au plus notre prof de français de rhéto nous a-t-il fait lire Camus et Malraux. Je n’ai donc pas eu à hésiter : la philosophie n’était tout simplement pas dans mon champ de vision.

Par contre, au fil des ans, l’une ou l’autre question philosophique s’invitait sporadiquemet au bal de mes pensées, mais mes vies professionnelle et familiale ne me laissaient pas assez de temps pour les approfondir. Je me disais pourtant bien qu’avant de mourir il me faudrait trouver une raison de vivre.

En septembre 2019, lorsque j’ai pris ma retraite, je me suis aussitôt inscrit au cours de philo de l’Université du Troisième Age. Au programme : les présocratiques. Hélas, il y a juste un an, après quelques mois de cours, il nous fallait mettre la clé sous le paillasson. Sans hésitation. Mais avec beaucoup de regrets. A la rentrée 2020, après seulement deux cours, rebelote.

Mon apprentissage de la philosophie semble donc maudit. Pas étonnant dès lors que mon âme ne soit pas actuellement au mieux de sa forme…

Cet article a 2 commentaires

  1. lizagrece

    J’espère que les universités vont rouvrir au moins pour la rentrée prochaine

    1. Passion Culture

      Les cours « normaux » (je veux dire pour les jeunes 😉 ) recommençaient aujourd’hui à 20 %. En ce qui concerle les 3×20 (et plus), toujours aucune indication… 🙁

Laisser un commentaire