Qui va venir au rendez-vous ?

D’accord, c’est un peu la fuite en avant, moi qui n’arrive déjà pas à rédiger tous les billets en attente, je viens de décider de m’inscrire à un nouvel atelier d’écriture. Cela se passe chez Annick et le principe en est simple : tous les huit jours, une question est posée ; on y répond en écrivant une histoire ! La particularité, c’est que sans être du tout obligatoire, ce type de consigne se prête bien à l’écriture d’une histoire à suites. Oui, vous avez bien compris, un feuilleton 😉 ! Trois questions ont déjà été posées, j’ai donc un peu de retard, que je vais essayer de récupérer. Aujourd’hui, place à la première question.

« Qui va venir au rendez-vous ? » C’est la question que je me pose en montant dans ma voiture. Il y aura moi, bien sûr. Mais encore ? J’avoue ne pas être très rassuré. J’ai même longtemps hésité avant de me décider à aller à ce rendez-vous. Il faut dire que l’invitation était sibylline :

Quarante ans déjà ! Il y a quarante ans, nous étions diplômés. Il y a quarante ans, nous nous apprêtions à entamer des études supérieures. Il y a quarante ans, nous nous étions promis de rester en contact. Hélas, les années ont passé sans qu’aucun de nous ne prenne l’initiative d’organiser un banquet de retrouvailles. Mais quarante ans, ce n’est pas rien ! Et j’ai donc estimé qu’il était temps. Que dis-je ? Qu’il était urgent de nous revoir avant qu’il ne soit trop tard.

Je vous invite donc à nous retrouver ce vendredi 25 juin à vingt heures précises sur le quai de la gare de Mariembourg. Nous aurons bien sûr énormément de choses à nous raconter ! Je vous propose donc de prendre avec vous de quoi passer le week-end tous ensemble, jusqu’au dimanche soir.

Ne vous souciez de rien, tout sera organisé ! Mais n’oubliez pas de prendre avec vous le souvenir de tout ce que nous avons vécu ensemble…

Me voici déjà arrivé sur le parking de la gare. Personne. Mais bon, moi qui suis d’habitude en retard, pour une fois, je suis en avance. Il n’est que dix-neuf heures trente. Il ne me reste plus qu’à attendre.

Le plus surprenant de cette invitation, c’est qu’elle n’était pas signée. Même l’adresse de l’expéditeur – retrouvailles2021@gmail.com – ne donne aucune indication. Quant à la liste des destinataires, elle est probablement en copie cachée : mon adresse est la seule à apparaître. Serais-je le seul invité ? Absurde.

Je n’ai pas complètement perdu de vue tous mes anciens camarades de classe, mais à vrai dire, je ne suis vraiment resté en contact, tout au long de ces quarante années, qu’avec un seul. Vous pensez bien que j’ai téléphoné à Yvan pour savoir s’il avait également reçu l’invitation. Affirmatif ! « Michel, m’a-t-il dit, cette invitation m’intrigue : j’irai, rien que pour voir qui est derrière cela. »

Malheureusement, sa mère (quatre-vingt-huit ans) venant d’être hospitalisée cette nuit à la suite d’une chute due à une rupture d’anévrisme cérébral, Yvan a déclaré forfait au dernier moment.

A part moi, je ne sais donc toujours pas qui va venir au rendez-vous. Dans dix minutes, il sera vingt heures et je suis toujours seul sur le quai de la gare. Ni Yvan ni moi n’avons répondu à l’invitation. Nous ne nous sommes pas vu écrire :

Cher X,

C’est avec grand plaisir que je participerai à nos retrouvailles.

A très bientôt.

Et si ces retrouvailles avaient été annulées parce que personne n’a répondu ?

Cet article a 6 commentaires

    1. Passion Culture

      Pour nos vingt ans de sortie, en 1994, le courrier postal avait été aussi largement utilisé. Malheureusement, nos retrouvailles ont été annulées à la dernière minute, et elles n’eurent finalement lieu que pour nos trente ans. Merci pour ton billet souvenir 🙂 .

  1. Adrienne

    nous avons organisé de ces retrouvailles et il y a des copines de classe que je n’ai reconnues qu’à leur voix 🙂

    1. Passion Culture

      Quand nous l’avons fait – au bout de trente ans – il y en a que je n’ai pas reconnu, ni à leur voix, ni en les voyant 😉 . Par contre, le type de discours tenu n’avait pas souvent changé 🙁 .

  2. tiniak

    Hé ! Hé ! Ravi de constater que tu t’es toi aussi, lancé dans l’aventure du FEUILLETON d’ANNICK…
    De mon côté, totalement accro’ à la formule, j’ai mis les bouchées, les coudées franches, triples doses de caféine et tout le tralala dont je dispose (chômage technique contraint, oblige), pour prendre le train en marche et y raccrocher mes six wagonnets… sur le net !
    Voici le lien permettant de les appréhender dans leur ensemble, à picorer à volonté.
    http://niak65poletique.canalblog.com/archives/feuilleton_pour_a_/index.html

    Attendant avec toi sur le quai de la gare, j’ai hâte d’en savoir plus sur ces improbables retrouvailles.
    A très bientôt donc plus vite que ça, ici ou là…
    D.

    1. Passion Culture

      Promis, je vais m’y remettre !

Laisser un commentaire