Tu devrais écrire

Non, ne jamais renoncer !

– Est-ce que tu vas te remettre à écrire  ?

– Je ne sais pas… je n’ai pas vraiment le temps… je me dis que c’est derrière moi, tout ça…

– Quand je t’ai rencontré, tu paraissais obsédé par l’écriture. J’avais l’impression que c’était ce qui comptait le plus pour toi. Et tu as laissé tomber, comme ça. Je trouve ça médiocre.

– Ce qui est médiocre, c’est peut-être ce que j’écrivais.

– Mais tu n’as même pas essayé.

– C’est comme ça. C’est la vie

J’ai vu à son expression qu’elle détestait cette réponse. Son regard était comme un discours :

« Non, la vie ce n’est pas ça. Rien n’est jamais défini. Rien n’est statique. Nous sommes dans la routine, il n’y a plus d’enjeu, il n’y a plus de rêve. Tu devrais écrire, n’importe quoi, des mots comme ça. C’est toujours mieux que de renoncer. Sinon, nous renonçons à tout. Je ne suis pas malheureuse avec toi. Oh non, je ne suis pas malheureuse. Mais je voudrais être heureuse. Je sens que l’idée du bonheur m’échappe. Je sens que tout va très vite, et que la vie est bien trop courte pour se permettre la médiocrité. Je sens en moi l’urgence du bonheur. »

David Foenkinos – Les souvenirs – p. 250

Cet article a 5 commentaires

  1. missfujii.

    Merci pour cette conversation avec David Foenkinos. J’ai lu pas mal de ses écrits, mais je n’ai pas lu Les souvenirs.

    1. Passion Culture

      Qu’as-tu lu de lui et qu’en as-tu pensé ? J’ai raisonnablement apprécié Les souvenirs, adoré Le mystère Henri Pick et détesté La délicatesse 😉 …

  2. Alexandra

    Il faudra que je finisse par lire David Foenkinos, merci pour le partage de cet extrait

  3. les Caphys

    écrire, écrire, mais où tout cela nous mène en fin de compte…

    1. Passion Culture

      A être lu ? C’est une question que l’on peut poser à propos de n’importe quelle passion artistique : photographier, photographier, mais où cela nous mène-t-il 😉 ?

Laisser un commentaire