En manque d’affection

Dans mon billet du 2 janvier, j’écrivais qu’un des traits qui me caractérisent le plus est cette impression d’être constamment en manque et que j’avais toujours eu des difficultés relationnelles avec mes parents.

Quant à David Foenkinos, Wikipedia nous apprend que ses parents étaient souvent absents. Est-ce pour cela que le narrateur de Les souvenirs évoque à deux reprises le manque d’affection de ses parents ? Toujours est-il que ces deux passages m’ont particulièrement touché…

On cherche toujours des raisons à l’étroitesse affective de nos parents. On cherche toujours des raisons au manque d’amour qui nous ronge. Parfois, il n’y a simplement rien à dire.

Davide Foenkinos – Les souvenirs – p. 13

Quelle idiotie d’attendre en permanence l’affection de ses parents ; il suffisait qu’ils vous jettent un petit os pour qu’on le ronge joyeusement en remuant la queue.

Davide Foenkinos – Les souvenirs – p. 201

Cet article a 2 commentaires

  1. Alexandra

    Je pense que beaucoup de personne éprouvent le manque… je n’ai jamais lu David Foenkinos

Laisser un commentaire