Je suis venu te dire… (Serge Gainsbourg)

Nous sommes tombés sur une chanson de Serge Gainsbourg, Je suis venu te dire que je m’en vais, cette chanson que Jane Birkin aurait pu considérer comme l’annonce d’une rupture, alors qu’elle était l’annonce du temps qui n’existera plus : « Tu te souviens des jours anciens et tu pleures. » Il y avait tant de tristesse et de beauté dans cette mélodie, dans ces mots inspirés par Verlaine. Avec le choc du matin, quelques larmes ont coulé de mes yeux. Je n’avais pas pleuré depuis si longtemps. Cette mélodie surpassait en émotion des moments pourtant bien plus difficiles, comme l’enterrement de mon grand-père, où je n’avais pas pleuré.

Davide Foenkinos – Les souvenirs p. 59

Cet article a 2 commentaires

  1. heure-bleue

    J’aimais beaucoup Gainsbourg alors que je n’aime pas Foenkinos comme auteur.

    1. Passion Culture

      J’appréciais Gainsbourg, sans en être un inconditionnel. Quant à Foenkinos, je suis partagé. Je n’ai pas du tout aimé La délicatesse, ne comprenant pas son succès. Par contre, j’ai adoré Le mystère Henri Pick. Quant à Les souvenirs, je l’ai lu parce qu’au décès d’Annie Cordy, j’ai enregistré son adaptation cinématographique et que je préfère toujours lire le roman avant de voir son adaptation. Mon avis est globalement positif, mais c’est loin d’être un coup de coeur 😉 .

Répondre à Passion Culture Annuler la réponse