H comme Hélas

Walker Evans

Pour ce cinquante-quatrième devoir du Goût des Autres, j’ai changé de point de vue 😉 ! Aujourd’hui, je suis une femme de cinquante-quatre ans 🙂 .

Cette photo de Walker Evans semble nous dire quelque chose.
Elle me rappelle quelque chose.
Mais quoi ?
Peut-être un film…
Ou autre chose.

C’est une copine de l’atelier théâtre qui m’a refilé le tuyau. « T’as pas envie de faire du cinéma ? », m’a-t-elle demandé. « Pour sûr », j’ai répondu. Mais à cinquante-quatre balais, je ne me faisais pas d’illusions, même si, comme l’un de mes amants me l’a dit, j’ai encore de beaux restes. « T’inquiètes, ils cherchent parfois des MILFS » a-t-elle rétorqué. Je ne savais pas ce qu’était une MILF, mais cela me semblait bien et je me suis inscrite sur le site www.casting.com.

Et me voici donc aujourd’hui sous les spots pour ma toute première scène. J’avoue que j’ai un trac énorme. Que diable suis-je venue faire dans cette galère ? J’ai d’abord été un peu étonnée, il n’y avait que des hommes, mais ils m’ont rapidement mise à l’aise.

Ils m’ont maquillée pendant une heure, moi qui ne porte d’habitude qu’un peu de fond de teint. Ensuite, ils m’ont dit d’enfiler une robe. Parmi la dizaine qu’ils me proposaient, j’ai choisi celle qui me semblait la plus sexy, et ils ont eu l’air d’apprécier.

Enfin, on m’a bien tout expliqué le déroulement du tournage.

« Moteur » . Le réalisateur est installé derrière son écran et est prêt à regarder le plan. Il attend donc le lancement de l’enregistrement.

« Ca tourne » . Le Chef Opérateur du Son indique avoir lancé l’enregistrement du son. C’est toujours lui qui commence a enregistrer en premier, à l’origine pour des questions d’économies : la bande magnétique coûtant bien moins cher que la pellicule ! A l’ère du tout numérique, tout est bien sûr chamboulé.

« Clap » . Le 1er Assistant Caméra indique qu’il a lancé le moteur sur la caméra et donc l’enregistrement.

« Action » . Les comédiens vont jouer la scène, pendant que toute l’équipe technique enregistre leur prestation.

Eh, mais les comédiens, c’est moi, ça ! Allons, je prends une grande inspiration, et j’attends. Ca y est : quelqu’un sonne à la porte d’entrée, je dois aller ouvrir.

Mon Dieu, qu’il est beau ! Tout à fait mon style d’homme. Bien sûr, sa salopette n’a plus l’air de première fraîcheur, mais on ne demande pas à un plombier de venir chez ses clientes en costume-cravate. Et puis, elle met sa musculature en valeur.

« Alors, elle est où cette lessiveuse qui vous cause des soucis ? »

Je le conduis jusque la porte de la cave. Là, j’ai un moment d’hésitation. Son odeur de transpiration virile me fait tourner la tête, et j’en oublie mon script. Je ne sais plus si je dois le suivre dans les escaliers, ou bien l’attendre en haut. Je ne sais plus où le passage le plus important de la scène doit se dérouler. Comme il n’y a pas d’éclairagistes ni de cameraman en bas, je me dis que je dois attendre qu’il remonte, avant que les choses sérieuses ne commencent.

Mon coeur bat la chamade, le voilà qui remonte. Il a l’air soucieux. Ne suis-je pas assez désirable à ses yeux ?

« Eh bien, ma petite dame, vous avez vu l’état de votre résistance ? Qu’est-ce que vous utilisez comme anti-calcaire ? »

Hélas… Je croyais tourner pour Jacquie et Michel, mais ce n’était qu’un vulgaire clip publicitaire…

« Couper » .

Ce contenu a été publié dans Devoirs du Goût des Autres. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à H comme Hélas

  1. Adrienne dit :

    je vais finir par demander des droits d’auteur, après mon abécédaire, mon clip monsieur propre 😉

    • Passion Culture dit :

      Je pense qu’effectivement je suis une éponge et que je me laisse influencer à mon insu 🙂 . Mais par ailleurs, on ne s’inspire que des maîtres 😉 !

  2. heure-bleue dit :

    Le mien aussi fait du cinéma, il a l’air si malheureux.

  3. Tu as de la chance, « Jacquie et Michel » sont dans le collimateur de la justice…

  4. alainx dit :

    Ah ! Le fantasme du plombier !
    Et son petit chalumeau !
    Nous en avons fait la connaissance grâce à Pierre Perret :
    « Je suis l’ plombier bier-bier-bier-bier
    J’ai un beau métier
    (…)
    J’ colmat’ les tuyaux
    J’ guéris tous les maux
    D’ mon p’tit chalumeau »

    https://www.youtube.com/watch?v=TPgYiwlGrog

  5. Gwen dit :

    J’arrive en retard… mais me voilà !
    On ne devient pas Marilyn du jour au lendemain…

    • Passion Culture dit :

      Comme le disait toujours un vieil ami à moi amateur de contrepèteries (les deux ne sont pas incompatibles) : vieux moutard que j’aimais 😉 .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *