U comme Utopie

Utopie est un de mes mots préférés de la langue française. Quand je dis de la langue française, il s’agit en fait d’un mot forgé en 1516 par l’écrivain anglais Thomas More à partir du grec. Il s’agit, au départ, d’une société idéale sans défaut, d’un régime politique idéal, d’une société parfaite sans injustice ou encore d’une communauté d’individus vivant heureux et en harmonie.

Utopie est un des mots que j’exécre le plus. Etymologiquement, utopie signifie « en aucun lieu ». Et donc, une utopie désigne ce qui appartient au domaine du rêve, de l’irréalisable : en ce sens, qualifier quelque chose d’utopique consiste à le disqualifier et à le considérer comme irrationnel.

Bref, comme le chantait si bien Jacques Brel :

Rêver un impossible rêve
Pour atteindre l’inaccessible étoile.

À l’origine, Searching for Utopia résulte d’une commande de la ville de Nieuport pour la triennale d’art Beaufort (Nous y revoici !). En 2003, Jan Fabre crée donc cette oeuvre qui représente l’artiste à la recherche d’un monde meilleur. Il s’agit d’un bronze colossal de cinq tonnes et demie en forme de tortue, cornaquée par Jean Fabre lui-même. Initialement placée sur la plage, la statue fixait l’horizon d’un air décidé, pour scruter l’horizon lointain, à la recherche de l’inaccessible, de l’utopie. Mais les vents violents, l’air salin et le sable se sont conjugué pour dégrader l’oeuvre. Elle a donc été déplacée, d’abord sur la digue, puis plus à l’intérieur de Nieuwpoort. Toutefois, si j’ai déjà eu l’occasion d’admirer cette oeuvre sur la digue puis sur la place Jean Fabre, je n’ai pas eu l’occasion de la photographier lors de notre récente semaine de vacances à la mer.

Ce que je vous propose donc, c’est une copie à l’identique qui, après avoir été exposée à Amsterdam puis à Saint-Paul-de-Vence, a finalement élu domicile à Namur, à flanc de citadelle

Jean Fabre – Searching for Utopia – Namur (Belgique) – 2 octobre 2020
Jean Fabre – Searching for Utopia – Namur (Belgique) – 2 octobre 2020

e.

 

 

Cet article a 4 commentaires

  1. Adrienne

    Ah bon ? On peut la voir à Namur ? Encore une raison d’y aller 😉

    1. Passion Culture

      Tout a commencé dans le cadre de l’exposition Facing Time, Rops/Fabre qui s’est tenue au Musée Félicien Rops et à la Maison de la Culture du 13 mars au 30 août 2015. L’idée était de faire dialoguer, à travers le temps, deux artistes belges : l’un wallon, Félicien Rops, l’autre flamand, Jan Fabre. La tortue (puisque c’est son nom familier) ayant eu beaucoup de succès, la ville de Namur a décidé de l’acheter. Le propriétaire de l’œuvre était le galeriste Guy Pieters et il a demandé 500 000 € pour son achat.
      Et il y encore bien d’autres raisons pour venir à Namur !

  2. Alexandra

    Je ne connaissais absolument pas cette œuvre ! L’utopie est à méditer…

    1. Passion Culture

      A rêver. Et ensuite agir pour que le rêve se réalise !

Laisser un commentaire