La fable des gros cailloux

L'histoire est bien connue, je ne vous apprendrai sans doute rien en vous la racontant : Lors d’un séminaire aux Etats-Unis, à la célèbre université de Harvard, un vieux professeur de philosophie fut sollicité pour tenir une conférence devant les plus hauts dirigeants de la planète. Le thème en était le temps. Ces hommes et ces femmes responsables du destin du monde étant très occupés, le professeur ne disposait que d’un quart d'heure pour dispenser son enseignement. Il se présenta devant cette illustre assemblée et la salua d’un sourire. Il scruta les visages lentement, un par un, puis prit la…

Continuer la lectureLa fable des gros cailloux

I comme Instant

Mais vous êtes tous des inquiets. Trois fois par an, dès que j’arrive dans ma famille, on commence par me demander : « Quand reviendras-tu ? » . Je réponds : « Mais je suis là ! »… Vivre l’instant, c’est donc si difficile ? reprit-elle comme pour elle-même. Ils voudraient tous vivre déjà demain ; mais demain, dans deux jours, sera hier ! Il n’y a qu’aujourd’hui qui soit intéressant. Ils perdent un jour chaque jour…

Gilbert Cesbron – Une abeille contre la vitre – P.79

Voilà mon drame : j’éprouve d’énormes difficultés à vivre dans l’instant présent… Certes, j’ai souvent tendance à évoquer le passé (avec surtout pour conséquence de vivre mille regrets) mais encore plus de me projeter dans le futur, ce qui ne manque pas de me stresser. Quant à vivre l’instant présent en toute sérénité… (suite…)

Continuer la lectureI comme Instant

H comme Hélas

Walker Evans

Pour ce cinquante-quatrième devoir du Goût des Autres, j’ai changé de point de vue 😉 ! Aujourd’hui, je suis une femme de cinquante-quatre ans 🙂 .

Cette photo de Walker Evans semble nous dire quelque chose.
Elle me rappelle quelque chose.
Mais quoi ?
Peut-être un film…
Ou autre chose.

C’est une copine de l’atelier théâtre qui m’a refilé le tuyau. « T’as pas envie de faire du cinéma ? », m’a-t-elle demandé. « Pour sûr », j’ai répondu. Mais à cinquante-quatre balais, je ne me faisais pas d’illusions, même si, comme l’un de mes amants me l’a dit, j’ai encore de beaux restes. « T’inquiètes, ils cherchent parfois des MILFS » a-t-elle rétorqué. Je ne savais pas ce qu’était une MILF, mais cela me semblait bien et je me suis inscrite sur le site www.casting.com. (suite…)

Continuer la lectureH comme Hélas

G comme Gilbert

GILBERT Elizabeth Biographie Elisabeth Gilbert est née en 1969 à Waterbury, dans le Connecticut. Sa famille faisait pousser des arbres de Noël. Aussi loin qu'elle s'en souvienne, elle a toujours voulu écrire. Etudiante en sciences politiques à l'université de New-York, elle suivait les cours la journée et écrivait la nuit. Après ses études, elle a passé plusieurs années à voyager aux États-Unis, gagnant sa vie en travaillant dans des bars, des restaurants ou des ranchs. Ces expériences, dont elle s'est inspiré pour ses fictions, sont à la base de son premier ouvrage, « Pilgrims », un recueil de nouvelles .…

Continuer la lectureG comme Gilbert

F comme Finir

Finir mon livre ! Voilà quatre ans que j'habite avec cette pensée, toujours seul avec elle, toujours courbé sous son poids ! Autrefois j'étais un homme comme un autre homme. Je pouvais penser à ce que je voulais, j'étais libre. Maintenant, je n'ai plus qu'une conviction : je dois finir ce roman. François Weyergans - Trois jours chez ma mère - p.83 Il y a de ces livres, que l'on peine à finir. De lire. Comme par exemple A la recherche du temps perdu, 2400 pages chez Gallimard, en collection Quarto. Un tel pavé, d'accord, on peut imaginer qu'il faille…

Continuer la lectureF comme Finir

E comme Expulsé

Matteo Massagrande

53ème devoir du Goût des Autres :

Dans cette toile de Matteo Massagrande, la chambre ne vous rappelle peut-être rien.
Peut-être quelque chose.
Vous en direz plus lundi, j’espère.

D’abor, je voudrais dire merci à mon ami Michel pour corriger mon texte. Même s’il n’a pas tout corrigé. Parce qu’il a dit qu’il y avait beaucou de fautes. (suite…)

Continuer la lectureE comme Expulsé

D comme Dos

Cette semaine, pour son Projet 52 photos, Carole nous propose comme thème le portrait. L'occasion pour moi de vous parler d'une exposition vue à Namur il y a peu (et qui se termine le 3 janvier !) : Vu.e de dos. En ce qui concerne les oeuvres exposées, elles sont très variées, et il y en a donc pour tous les goûts (même si insuffisamment pour le mien). La démarche est toutefois très intéressante ! Cette exposition est consacrée (notamment) à la figure humaine vue de dos dans l’art contemporain. Elle souhaite interroger le pouvoir subversif de l’anonymat qu’implique cet…

Continuer la lectureD comme Dos

C comme Circulaire

Une fenêtre circulaire, ce n'est pas banal, mais pas non plus exceptionnel. Mais deux ? Voici donc deux fenêtres circulaires. Que dis-je ? Elles sont quasi identiques ! Cela tombe bien, c'était le thème pour la 41ème semaine du projet 52 Photos chez Carole :-) . Notez que c'est heureux qu'elle ne soient pas rigoureusement identiques, on aurait pu crier à la manipulation informatique ;-) .

Continuer la lectureC comme Circulaire

B comme Brandon

Aaron Westerberg

Retour à la peinture pour ce cinquante-deuxième devoir du Goût des Autres 🙂 .

Mais que peut bien avoir ce type ?
Que vous inspire-t-il ?
J’espère que vous en direz quelque chose lundi.

Raul est Cubain.
Raul est docteur en physique, spécialisé en problèmes de combustion, mais il n’a jamais travaillé comme physicien. Quoique. Ce sont ses connaissances en physique qui lui ont permis de devenir ce qu’il est : le meilleur testeur de cigares de Cuba. C’est grâce à lui que Cuba était considéré comme le producteur des meilleurs cigares du monde.

Ici, je me permets une petite parenthèse : connaissez-vous les différences entre une cigarette et un cigare ? Une cigarette est un cylindre de papier rempli de feuilles de tabac hachées, alors qu’un cigare est un cylindre formé de feuilles de tabac entières : une feuille à rouler est enroulée en spirale sur d’autres feuilles pliées ou roulées. Je vous passe les détails (vous en apprendrez beaucoup plus ici), mais Raul connaissait tout cela par coeur. Tout comme il savait qu’un cigare va se crapoter : on recrache la fumée sans l’avoir fait entrer dans nos poumons mais en la conservant quelques secondes dans la bouche pour en détecter les arômes et les saveurs, alors que pour la cigarette, la fumée s’aspire jusque dans les poumons et se recrache aussitôt. (suite…)

Continuer la lectureB comme Brandon