K comme KO

Depuis quelques jours, j'ai l'impression d'être KO debout. Je n'aspire qu'à mon lit. D'ailleurs, mardi, j'ai craqué, j'ai fait une sieste d'une heure, même pas dans mon fauteuil, mais carrément dans mon lit. Mes nuits sont raisonnablement bonnes, environ huit heures, sans insomnies. Mais je me sens épuisé. D'ordinaire, j'ai déjà tendance à être hypocondriaque, alors vous imaginez bien que dans le contexte anxiogène actuel, je suis à l'affût du moindre symptôme pouvant être mis en relation avec la Covid. Et la fatigue en est un ! Mais comme je n'en ai qu'un, je n'ai même pas la possibilité de…

Continuer la lectureK comme KO

J comme Joël

J'ai découvert Joël Dicker il y a quelques années avec La vérité sur l'affaire Harry Quebert, que j'avais adoré. Un des rares livres que je relirai peut-être. (Il y a tant à lire qu'il est très rare que je relise un roman déjà lu.) C'est donc avec énormément d'attentes que je me suis lancé dans la lecture de... La disparition de Stéphanie MailerJoël DickerEditions de Fallois - 2018635 pages  (lu entre le 1 et le 17 juillet 2020) Avis J'écrivais plus haut que c'était avec énormément d'attentes que je me suis lancé dans la lecture de La disparition de Stéphanie…

Continuer la lectureJ comme Joël

I comme Indochine

J’ai découvert il y a quelques jours un nouvel atelier d’écriture, organisé par Sabrina. Voici les premières consignes :

Pour cette première tentative, je m’inspire donc du roman que je suis en train de lire Les Petites Reines de Clémentine Beauvais. Il faudra donc une histoire, où placer cette phrase LES ENFANTS SONT D’UN TOTALITARISME et les mots CANARD / GONFLÉE / DÉDAIGNEUX / INDOCHINE, inventer une expression bien à vous, et tout ceci autour de la thématique LES PETITES REINES.

Je le reconnais, la thématique de mon texte n’a rien à voir avec le roman de Clémentine Beauvais (que je n’ai d’ailleurs pas lu).


Vendredi soir

Irène, notre petite reine de seize ans, est enjouée ce soir. Il y a bien longtemps que ce n’était plus arrivé ! En fait, depuis la rentrée scolaire, sa mère et moi ne la reconnaissons plus. Elle qui était toujours morose, renfermée sur elle-même, affiche maintenant un sourire perpétuel. Pendant tout le repas, elle s’était montrée intarissable, ne cessant de parler de ses nouveaux profs, plus géniaux les uns que les autres, et de ses nouveaux copains de classe, particulièrement sympathiques cette année.

C’est au moment du dessert qu’elle a porté l’estocade.

  • Dis Papa, tu connais Indochine ?
  • Excuse-moi Irène, tu vas encore dire que je te reprends toujours, mais on ne dit pas « Tu connais Indochine ? », mais bien « Tu connais l’Indochine ? » Et pour répondre à ta question, le terme Indochine date du début du XIXème siècle et a été imaginé pour parler de l’influence culturelle déterminante de l’Inde et de la Chine sur les peuples de l’Asie du Sud-Est.
  • Bon, ça va, ne fais pas ton malin et cesse de me prendre pour une conne. Je connais très bien l’Indochine. Mais je te demandais si tu connaissais Indochine.

Un long silence, puis elle reprend d’un ton cette fois dédaigneux : (suite…)

Continuer la lectureI comme Indochine

H comme Houben

Vendredi 24 juillet 2020 : nous faisons la file derrière le Théâtre de Namur, devant la cour de l’école Notre Dame. Tout le monde, bien sûr, est masqué. Pas pour ne pas être reconnus, mais vous savez, même si c’était le début du déconfinement la Covid rôdait toujours 🙁 . Non, si nous faisions la file, c’était pour retrourner au théâtre ! Places offertes par nos enfants. Aucune idée du spectacle auquel nous allions assister, sinon qu’il se déroulait à l’extérieur, que les spectateurs étaient assis dans des transats, bien éloignés les uns des autres, et qu’ils pouvaient apporter leur apéro (pas de chance, nous avions oublié le nôtre 🙁 ). A l’entrée, on nous distribue à chacun un casque. En même temps que celui-ci, je reçois une petite carte, que je glisse dans ma poche, sans même y faire attention : je pensais qu’il s’agissait d’une pub pour l’entreprise de sonorisation. Grave erreur de ma part : c’était le ressort même du spectacle, je m’en suis vite rendu compte :

Et oui, c’était un souvenir mortuaire, et la soirée à laquelle nous allions assister n’était rien d’autre que l’hommage de quatre frères à Thierry, le cinquième membre de la fratrie. (suite…)

Continuer la lectureH comme Houben

G comme Garrett

Randall Garrett, né Gordon Randall Phillip David Garrett le 16 décembre 1927 à Lexington dans le Missouri et mort le 31 décembre 1987, est un auteur américain de science-fiction. Il a été très prolifique dans différents magazines de science-fiction des années 1950 et 1960. Mais il semble surtout être connu pour avoir créé le personnage de Lord Darcy, enquêteur de l'Empire Angevin, constitué de la France et de l'Angleterre, sous le pouvoir des Plantagenêts. Fort d'un roman et de sept nouvelles, ce cycle relève de l'Uchronie. Mais ce qui nous intéresse ici, c'est son récit (40 pages quand même !)…

Continuer la lectureG comme Garrett

F comme Fourmis

Elles sont rouges. Elles font un mètre de long. Elles sont en métal et elles escaladent plusieurs bâtiments emblématiques de la ville de Namur comme le théâtre, l’Inno ou l’hôtel de ville. Ces quatre-vingts sculptures de fourmis sont l’œuvre de l’artiste français Nicolas Eres. Intégrer l’art contemporain dans l’espace public, au cœur de Namur, afin de le rendre accessible à un large public, c’est l’objectif du parcours Sculptures dans la Ville organisé par le Service de la Culture depuis 2002. En 2016, les parapluies colorés de l’installation Umbrella sky Project ont égayé le vieux Namur durant trois mois, suscitant l’enthousiasme…

Continuer la lectureF comme Fourmis

E comme Etouffer

Samedi après-midi. Il règne une chaleur suffocante. Comme on dit chez nous, il n’y a pas un pet de vent. Mais il faut bien penser au repas de ce soir. Me voici donc en mission de ravitaillement. Après être passé chez le boucher (brochettes de veau et de boeuf, merguez, tranches de lard), il ne me reste plus qu’un billet de dix euros. Juste de quoi acheter deux bouteilles de rosé bon marché au super-marché voisin.

Je déambule dans les allées à moitié vides. Juste à côté du rayon vins, me voici au rayon alcools et spiritueux. Mon attention est attirée par une promo pour une bouteille de calva à quinze euros. Cela me rappelle qu’il n’y en a plus à la maison. Je comptais en racheter à l’occasion de nos vacances en Normandie. Mais voilà, cette année, en raison de la pandémie, pas de vacances à l’horizon. Mais après tout, ne sommes-nous pas aussi bien chez nous ? Quoi de mieux qu’un bon barbecue dans son jardin ?

Hélas, il ne me reste pas assez d’argent liquide pour acheter le nectar convoité, et j’ai oublié ma carte de banque à la maison. Pourtant j’ai déjà une bouteille en mains. Que faire ? J’essaie de me raisonner. J’ai beau connaître le gérant, si je me fais prendre, ce sera difficile d’étouffer le scandale… Et puis, rien ne presse, il fait trop chaud aujourd’hui pour un pousse-café. Je repose sagement la bouteille sur l’étagère.

Je n’en peux plus. Je jette un regard à droite. Puis un autre à gauche. Personne. Alors j’en profite. J’ai honte, mais c’est plus fort que moi. Puisqu’il n’y a que la crainte d’être vu qui me retient et qu’il n’y a personne pour me voir, je craque. (suite…)

Continuer la lectureE comme Etouffer

D comme Destination

Non, rassurez-vous, nous sommes bien rentrés de vacances ! Il y a cinq jours déjà, mais je trouvais qu'il faisait vraiment trop chaud pour s'asseoir devant son ordinateur ;-) . En parlant de vacances, c'est chaque année la même question : où irons-nous cet été ? Souvent, nous alternons : une année, c'est mer, une année c'est montagne. Mais après tout, est-ce vraiment la destination l'important ? Le plus important, c'est ce que nous faisons de nos vacances ! En ce qui nous concerne, nous ne sommes pas du genre à lézarder sur la plage ou en bord de piscine.…

Continuer la lectureD comme Destination

C comme Côtes d’Armor

C comme Coucou à toutes et tous. Désolé pour mon silence, mais nous sommes partis en vacances jeudi dernier, en direction des Côtes d'Armor. Ceci explique mon silence, qui durera jusqu'au 11 août... J'aurais tout aussi bien pu intituler mon billet C comme Cast, puisqu'il y a deux jours, nous avons fait une très belle randonnée à Saint-Cast-le-Guildo. Saint Cado, très populaire au pays de Galles, a donné Cast en breton. On retrouve sa trace ailleurs en Bretagne, notamment à St-Cado dans le Morbihan. Par ailleurs, cette rando nous a fait passer par le monument élevé à la mémoire des…

Continuer la lectureC comme Côtes d’Armor