B comme Bulle

Nous avons fait trop d’enfants. Ce n’est ni moi ni mon épouse qui le dit, mais Sophie. Vous ne connaissez pas Sophie ? Mais si, voyons, c’est la nouvelle vedette de la nouvelle série qui passe en prime time sur la RTBF. Mais oui, voilà, il s’agit de Sophie Wilmes, notre Première Ministre.

Mais revenons à nos enfants. Lors du dernier épisode de la saga Conseil National de Sécurité, qui nous tient tous en haleine depuis la mi-mars, nous avons appris que notre bulle sociale (c’est-à-dire les personnes avec qui nous pouvons avoir des contacts plus rapprochés, et je ne pense pas qu’à la même chose que vous) est passée de quinze personnes par semaine (possiblement différentes d’une semaine à l’autre) à cinq par mois. Faites le compte : nous avons trois enfants et trois beaux-enfants, cela fait six, il y a une personne de trop. Quand je vous disais que nous avions fait trop d’enfants… J’ai bien proposé que nous jouions cela à la roulette russe, mais je ne sais pas pourquoi, ils n’ont pas été d’accord. Bref, nous ne savons pas qui dans nos enfants et beaux-enfants nous allons nous interdire de voir pendant tout le mois qui vient 🙁 . Ou alors, ne pas respecter la règle ? Et je ne vous parle pas de nos mères respectives, à mon épouse et moi, là, on explose la bulle.

Vous aurez compris que j’aurais pu remettre ce billet d’humeur à demain et le titrer C comme Coup de gueule. Je ne nie pas qu’il faut nous montrer solidaires dans la lutte contre la pandémie, mais un peu de cohérence ne ferait pas de tort. Car en même temps, les rassemblements privés peuvent se faire en groupe de dix… Un autre exemple d’incohérence ? La foire du Midi de Bruxelles est annulée, mais Walibi reste ouvert… Quand nos politiciens comprendront-ils que s’ils veulent que la population suive leurs recommandations, il faut que celles-ci soient cohérentes et clairement expliquées ?

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à B comme Bulle

  1. Adrienne dit :

    dans ma langue, on appelle ça « klagen van weelde » 😉

    • Passion Culture dit :

      Hélas, je maîtrise très très mal la langue de Vondel. Je n’ai même pas de dictionnaire Néerlandais-Français 🙁 . J’ai donc consulté Internet. Google mon (pas vraiment) ami me traduit par « se plaindre de l’opulence » ; et ailleurs (Google Books : Dictionnaire françois-hollandois et hollandois-françois (sic)) : « se plaindre que la mariée est trop belle ». Je ne comprends donc pas très bien le sens de te remarque.
      J’affine mes recherches à propos de la traduction proposée et je trouve ceci :

      A la même époque sont nées deux expressions françaises qui se disputent la beauté de la mariée. Il y eut d’une part, l’expression « se plaindre que la mariée est trop belle » qui signifie se plaindre d’une chose dont on devrait se féliciter parce qu’elle est de nature enviable. Et d’autre part, il y eut une autre expression, sans verbe introducteur, à savoir  » la mariée était trop belle » pour juger une mariée trompeuse trop belle pour être vraie, où vraie prend le sens de « sans fard », naturelle.

      Dans lequel de ces deux sens dois-je prendre ta remarque 😉 ?

  2. heure-bleue dit :

    En France, un jour on annonce un truc, le lendemain un autre, alors on ne comprend rien.
    Douze mille personnes ont assisté à un spectacle au Puy du Fou, les spectateurs n’ont certainement pas pensé que c’était légal, on a le droit de remplir un stade avec 5000 personnes.
    Rien de cohérent dans le traitement de la covid puisque c’est devenu un mot féminin.

    • Passion Culture dit :

      Oui, j’ai entendu parler du spectacle au Puy du Fou qui avait été ramené à 5000… 😉 En Belgique, les mariages sont limités à 10 personnes et seuls les mariés ont le droit de danser 🙁 …
      Bien vu à propos de la « féminisation » de covid. Encore que cohérence soit un nom féminin. Bon, d’accord, incohérence aussi 😉 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *