Hommage à Jean-Loup

Aldo Balding

Voici donc le quarantième devoir du Goût des Autres :

Mais que diable peut-il bien lui raconter ? Où veut-il en venir. Qu’attend-elle ? Que pense-t-elle de sa ballade ? À l’instant je n’en sais rien. Grâce à vous j’espère en savoir plus lundi sur ce que vous inspire cette toile d’Aldo Balding.

Actualité oblige, j’ai choisi de rendre un hommage à Jean-Loup Dabadie, qui nous a quittés hier. J’ai bien dit à Jean-Loup, pas à Donald !

— Qu’est-ce qu’il est collant ce type ! Je ne dirai rien parce que je ne veux pas faire de scandale, mais il ne faut pas exagérer. Il se fait des idées ou quoi ? Depuis que je suis arrivée à cette Déconf Party, il n’arrête pas de me suivre comme un petit chien à sa mémère. Je me réjouissais d’enfin revoir du monde, mais là, il va me faire regretter le confinement.

— Mine de rien, je suis en train d’emballer moi ! J’emballe, j’emballe sec ! Allez ! Vas-y Jeannot ! Attaque ! Ca marche ! Elle a accepté le verre que je lui ai offert. Et elle a accepté de s’asseoir là, en face de moi. Accroche-toi Jeannot ! La nuit est à nous… Mon Dieu, n’ai-je pas oublié de prendre ma petite pilule ? A priori, je ne risque pas grand chose, je ne me suis jamais senti autant en forme, mais on n’est jamais trop prudent.

— Ca n’en finit pas ! Qu’est-ce que je regrette d’avoir accepté ce verre ! En plus, il s’est aspergé de gel hydroalcoolique ! Ou bien c’est son eau de toilette ? Mais alors… drôlement incommodant !

— Elle est pas mal ! Elle est pas terrible, terrible, elle n’est pas très souriante, mais elle n’est pas mal… Elle a de jolies jambes, qu’elle n’a pas peur de montrer. Il y a longtemps que je n’ai plus caressé d’aussi jolies jambes. De moches non plus d’ailleurs. Mon Dieu, j’espère que j’ai bien pris ma pilule !

— Pas du tout mon genre ce garçon. Moi, j’aime les grands blonds, alors là, je suis servie. Et en plus, il a autant de conversation que Bernardo (ndlr : le serviteur muet de Zorro). Mais bon, à la guerre comme à la guerre, c’est Emmanuel qui nous l’a dit ! Cela fait tellement longtemps que je n’ai plus serré quelqu’un dans mes bras… Mon Dieu, j’espère que je n’ai pas oublié ma pilule. A priori, je ne risque rien, mais on ne sait jamais…

— Dommage qu’elle ait les mains moites. Si, si, elle a les mains moites, cela se voit à la manière dont elle tient son verre. Ca ne me gêne pas les mains moites, mais elle a les mains moites. C’est parce que je dois lui faire de l’effet. Accroche-toi Jeannot !

— Qu’est-ce qu’il cocotte. Non vraiment, son eau de toilette, on dirait du Dettol. S’il n’y avait pas les copines qui me regardent, je le planterais là. Mais ça, Arlette, je ne vais pas lui faire ce plaisir. Elle en est verte de rage de me voir avec un gars. Alors ça, maintenant, tant pis, je vais jusqu’au bout… Mais alors, on peut dire que cela me coûte. Mon Dieu, j’espère que j’ai bien pris ma pilule.

— Elle n’en peut plus, je la rends dingue, la poulette. Vas-y Jeannot ! Emmène-la au ciel ! C’est pas si compliqué les gonzesses. Il faut savoir s’impoer, c’est tout…

Ce soir-là, Guy et Sophie avaient tous deux oublié leur pilule. Mais cela n’eut aucune incidence sur la suite de leur histoire : en effet, nous savons tous maintenant que l’hydroxychloroquine n’a aucune efficacité préventive contre le coronavirus. Mais que voulez-vous, il arrive souvent aux jeunes en manque d’amour de se trumper…

Ce contenu a été publié dans Devoirs du Goût des Autres. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à Hommage à Jean-Loup

  1. heure-bleue dit :

    Je les avais vus sur scène, j’aime bien ta façon de les pasticher.

  2. Adrienne dit :

    oui j’ai lu de nombreux remakes de cette fameuse drague, ce tableau semble l’induire 🙂
    (je viens donc d’apprendre qui est JL Dabadie ;-))))))

    • Passion Culture dit :

      Je le connaissais parolier talentueux pour Serge Reggiani, Julien Clerc, etc mais je ne le connaissais pas du tout comme parolier de Guy Bedos ! Et j’ignorais bien sûr qu’il était académicien 😉 !

  3. Bien vu ce pastiche !
    HB et moi l’avions vu avec Sophie Daumier au théâtre de la Renaissance.
    C’était chouette.
    Merci de nous rappeler ce souvenir d’une époque de plus en plus lointaine hélas…

  4. Fabie dit :

    Ah ce sketch tellement « véridique », merci de nous le faire revivre « à ta sauce ».
    Nous avons regardé hier, « Les choses de la vie », double hommage pour le coup !

  5. Yvanne dit :

    Tu m’as fait rire avec la pilule…d’actualité ! :-)))

  6. alainx dit :

    Très bonne idée, et en plus très bel hommage !
    Il va nous manquer !
    Ce sketch culte c’est plein de souvenirs personnels… pour d’autres aussi je suppose…
    alors merci !
    (Ce sont les inconnus qui nous manquent pour un sketch sur la chloroquine… ce grand raoutlt médiatique qu’il nous fait le chevelu… ça manque quand même de cachets)

  7. Gwen dit :

    Mon texte était écrit quand j’ai appris la disparition de Jean-Loup Dabadie, ce grand monsieur qui ne se croyait pas obligé de se prendre au sérieux.
    Mais je n’ai rien à regretter, tu as choisi le sketch qu’il fallait pour illustrer la toile chosie par le Goût et c’est une réussite !
    Bravo à toi.
    Jean-Loup serait heureux de voir comme tu t’en es bien sortie…

Répondre à Yvanne Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *