Rupture

Cela m’apprendra à m’absenter de la blogosophère : le Goût des Autres en profite pour mettre la barre de plus en plus haut pour ses devoirs. Il y a bien sûr toujours l’illustration censée faire jaillir en nous l’inspiration, mais il a maintenant ajouté la contrainte d’utiliser dix mots choisis avec soin dans son Dictionnaire des termes oubliés. Enfin, de la contrainte naît la créativité paraît-il…

Cette femme attend, mélancolique. Dites, à quoi pense-t-elle ?
Dans votre histoire il y aura ces dix mots : bibi, légèreté, trait, tomenteux, envie, nourrain, gypaète, nyctanthe, physique, nuage.

Ouf ! Enfin le déconfinement ! Enfin, j’ai pu reprendre mon activité préférée, le fun shopping ! Ce matin, je me suis offert un charmant chapeau champêtre ainsi qu’un magnifique manteau tomenteux. Bien sûr, Pierre me dira que mon bibi me va comme une cloche, mais je n’ai pu résister à l’appel de sa rose rouge, elle me faisait trop envie.

Pierre est bien évidemment resté à la maison. Il ne se joint jamais à moi dans mes virées commerciales, tout comme je ne l’accompagne jamais dans ses trails. Le sport autre qu’en chambre, très peu pour moi. Mais pour Pierre, courir est une vraie obsession. Notez que cette pratique lui a donné un physique de rêve, et je ne me lasse pas de caresser son trapèze ni d’embrasser ses pectoraux.

Le 6 juin, il devait participer au Trail du Gypaète : 55 km avec un dénivelé de près de 4000 mètres. La compétition a bien évidemment été annulée, vous savez pourquoi, inutile de vous faire un dessin. Mais vous imaginez mon Pierre qui doit maintenant se contenter d’un entraînement d’une heure maximum dans un rayon de 1 km autour de chez nous ? Son humeur s’est aigrie de jour en jour, encore plus rapidement que l’augmentation du nombre de victimes de la pandémie. Sevré de son exutoire sportif, il tourne en rond dans le salon, engraisse à vue d’oeil et attrape un caractère de cochon : un vrai nourrain !

Bref, il est devenu invivable. Il s’en est bien sûr rendu compte, et pour se faire pardonner, m’a offert un cadeau. Hélas pour moi, les parfumeries étaient toujours fermées, seuls les pépiniéristes avaient pu rouvrir. Un beau jour, il m’a donc ramené un nyctanthe. Le pauvre… Savait-il que cet arbre est parfois appelé l’ « arbre de la douleur », parce que ses fleurs perdent leur éclat pendant la journée ? De plus, j’ai horreur de l’odeur du jasmin !

Bref, depuis le début du confinement, un sombre nuage flotte au-dessus de notre vie de couple.

Alors chez moi, « déconfinement » rime avec « en finir avec ce con finalement » : j’ai décidé de tirer un trait définitif sur cinq années de vie commune. Voilà une décision qui va remettre, je l’espère, un peu de légèreté dans ma vie !

Ce contenu a été publié dans Devoirs du Goût des Autres. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

16 réponses à Rupture

  1. Bien joué !
    J’ai toujours pensé que vivre avec un ou une accro au sport était un pensum…

    • Passion Culture dit :

      Ce n’est pas tant le sport en lui-même, c’est le problème de toute passion addictive si elle n’est pas partagée.

  2. Yvanne dit :

    Tu as bien analysé le côté méditatif plutôt que mélancolique de la dame. C’est exactement, à mon avis aussi, ce qu’elle pense.
    Voilà à quoi mène ce confinement : s’interroger sur ses vrais sentiments dans un couple. Faut-il en déduire pour autant qu »à quelque chose malheur est bon  » ?

  3. heure-bleue dit :

    Excellent mais triste comme moi en ce moment, je me sens prisonnière et j’ai horreur de ça.

    • Passion Culture dit :

      Le pis, c’est que lorsque l’on est condamné par la Justice, on connaît la durée de sa peine, et que la seule surprise possible est une libération anticipée. Or, ici, on ne sait pas combien de temps durera notre enfermement, et c’est cela surtout qui est pénible. Allons, courage quand même !

  4. Gwen dit :

    Nos héroïnes se séparent toutes deux de leur homme, mais pour la tienne, c’est une révélation brutale mais définitive…
    En finir avec ce « con finalement » quelle trouvaille !

  5. julie dit :

    Ce n’est peut-être pas très drôle une séparation, mais ton devoir m’a quand même fait rire. J’aime beaucoup le dernier paragraphe.
    Combien de couples se seront faits ou défaits, rabibochés ou séparés ! Tiens, parait que Nolween Leroy, la chanteuse, s’est séparé d’avec son tennisman au bout de 10 jours, c’est elle qui l’a dit. Par contre, j’ai entendu une femme raconter sur une radio, que, en instance de divorce, elle et son mari se sont rendus compte que, finalement, ils ne s’entendaient pas si mal que ça…et ont décidé de mettre en stand-by leur divorce..
    Moi, les 8 ers jours, j’aurais baffé parfois mon mari. Ensuite, chacun a pris ses marques…Voilà, il faut savoir marquer son territoire..

  6. alainx dit :

    Bon exemple pour un devoir de psychologie : « peut-on vivre avec un obsédé du sport et des performances hors du lit, quand le partenaire déteste les sports-transpi et se retrouve seule la plupart du temps ?
    Vous tenterez d’élaborer des réponses : oui, c’est possible ! »
    La prof qui donna ce devoir, ajouta à ses étudiants : je mettrai une bonne note à celles et ceux qui me démontrent que c’est possible, exemples à l’appui, car moi j’y arrive pas ! Je vais divorcer. Ce devoir est la dernière chance pour mon partenaire.
    😉

  7. Adrienne dit :

    bonne idée, ce trail du gypaète 🙂
    c’est ça le truc, trouver des contextes pour que les mots imposés s’y glissent!

    • Passion Culture dit :

      Bien vu ! Effectivement, le Trail du Gypaète a été mon premier déclic. Le second a été le mot nuage, annonciateur de problèmes. Après, il n’y avait plus qu’à remplir les blancs 😉 .

  8. emiliacelina dit :

    il parait que le confinement sert de « révélateur » pour certains couples…. les divorces vont vraiment surgir…

    • Passion Culture dit :

      C’est en tout cas ce que l’on semble avoir déjà constaté en Chine, où l’on vit la crise (dans tous les sens du terme) avec un peu d’avance sur nous 🙁 .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *