Fugaces souvenirs

John Salminen – Escaliers de Montmartre

Quatrième semaine de confinement et trente-troisième devoir du Goût des Autres.

Peu de monde, très peu de monde dans cette rue qui descend du Sacré-Cœur vers la place Saint-Pierre.
Je peux vous le dire, cette rue faite d’escaliers est la rue Paul Albert.
Mais où va cette femme qui les descend sous la pluie ?
Quel devoir ou quelle aventure la mène ?
Qu’est-ce qui la pousse à sortir alors que, dans tout le pays, chacun est appelé à rester chez soi ?
Si vous avez une idée, nous la lirons tous avec plaisir, intérêt ou le cœur serré, c’est selon.
Mais nous la lirons lundi puisque désormais, c’est « l’école à la maison »…

Rappelle-toi Barbara, il pleuvait sans cesse sur Paris ce jour-là et tu marchais silencieuse, tendue en cette journée pluvieuse.

Rappelle-toi Barbara, nous nous sommes rencontrés rue Paul Albert. Je montais les escaliers, tu les descendais. Je marchais nu-tête et ne portais pas de masque. Tu avais un parapluie et un masque. Quand nous nous sommes croisés, tu t’es échappée de tes pensées et tu m’as souri. Oh, très brièvement, mais ton sourire a illuminé ma journée.

Rappelle-toi Barbara, il pleuvait sans cesse sur Paris ce jour-là. Je n’avais aucune raison d’être dehors, tu te rendais à ton travail.

Je me rappelle m’être dit ce jour-là que j’aurais dû prendre un parapluie, que c’est sans doute sous la pluie que j’ai pris froid. Quand j’ai commencé à frissonner et à tousser, je me suis inquiété.

Je me rappelle t’avoir reconnue dès que tu t’es penchée vers moi pour me prendre la température, et je me suis dis que si c’était toi qui me soignais, j’avais plus de chances de m’en sortir. C’est en lisant ton nom brodé sur ta blouse que j’ai appris que tu t’appelais Barbara.

J’ai du mal à me rappeler ce que tu m’as dit quand on m’a conduit aux soins intensifs.

Dis, Barbara, te rappelleras-tu de moi quand je ne serai plus là ?

Ce contenu a été publié dans Devoirs du Goût des Autres. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

21 réponses à Fugaces souvenirs

  1. Souviens toi Barbara.
    Quelle connerie le coronavirus…

  2. heure-bleue dit :

    C’est Barbara que tu vois dans les délires de la fièvre, elle te sourit à travers son masque ?

  3. alainx dit :

    Un texte qui suscite l’émotion et l’intensité.
    Une vraie réussite. Merci.

  4. Val dit :

    Décidément, ce virus aura inspiré tout le monde, je crois.

  5. PHILIPPE D dit :

    Un mauvais souvenir qu’on oubliera vite, j’espère…

    • Passion Culture dit :

      J’espère que nous n’oublierons pas trop vite toutes les promesses de changement que nous sommes en train de faire !

  6. delia dit :

    C’est un texte hyper fort. J’en ai la chair de poule et les larmes aux yeux, car comment penser que ce n’est qu’une fiction ?

  7. Fabie dit :

    Partir en soins intensifs avec l’accompagnement d’un sourire, va l’aider à « s’accrocher ».

  8. Adrienne dit :

    excellent pastiche!

    • Yvanne dit :

      J’espère que ce malade guérira et retrouvera Barbara. Il sait où la trouver. Et ce jour-là, il y aura du soleil, de la gaieté, de l’animation comme avant rue Paul Albert.
      Ton texte est très beau dans sa simplicité qui exacerbe son intensité. J’ai beaucoup aimé.

    • Passion Culture dit :

      Comme quoi un pastiche n’est pas nécessairement parodique !

  9. Praline dit :

    Très émue de lire ce texte…

  10. Yvanne dit :

    J’espère que ce malade guérira et retrouvera Barbara. Il sait où la trouver. Et ce jour-là, il y aura du soleil, de la gaieté, de l’animation comme avant rue Paul Albert.
    Ton texte est très beau dans sa simplicité qui exacerbe son intensité. J’ai beaucoup aimé.

  11. Gwen dit :

    Mais Barbara s’est si bien occupée de toi que, même si tu ne le sais pas encore, tu sortiras guéri et immunisé de l’hôpital. Vous vous reverrez… et tu verras ce que l’avenir vous réserve !

  12. emiliacelina dit :

    moi…je dis….comme Gwen ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *