Que de regrets !

Salvador Dali – Femme à la fenêtre

Reprendre ce blog ne signifie pas que reprendre le projet 52 photos, mais aussi les divers défis d’écriture auxquels je participais. Comme par exemple le devoir de Lakevio du Goût, qui en est cette semaine à sa 31ème édition !

 

Elle est comme nous.
Elle est à sa fenêtre.
Que souhaite-t-elle ?
Que pense-t-elle ?
Comme nous est-elle confinée, prisonnière, recluse ? 
Dites lundi ce que vous pensez à partir de cette toile de Salvador Dali.


Marianne regrette son petit village natal. Elle y a passé une enfance heureuse, puis une adolescence sans soucis. Et c’est avec confiance qu’ele est entrée dans l’âge adulte. Bien sûr, pour une pauvre paysanne comme elle, les temps étaient durs. Les subsides européens à l’agriculture ne suffisaient pas toujours pour boucler les fins de mois dans le vert, mais elle ne se plaignait pas : le soleil brillait pour tout le monde et chacun était libre d’aller où bon lui semblait.

Hélas, un jour la rumeur est arrivée jusqu’à la ferme de ses parents. De dangereux barbares avaient débarqués sur la côte et envahissaient progressivement tout le pays, semant autour d’eux la terreur. A leur tête, un monstre sanguinaire, dont on n’osait prononcer le patronyme qu’à mi-voix : Covid XIX, puisqu’il faut prononcer son nom. Apeurés, les gens restaient terrés chez eux, ne se risquant à sortir que le soir pour glaner quelques pommes de terre abandonnées sur les champs, afin d’assurer leur subsistance. Ici et là, il y avait bien quelques poches de résistance, mais les sbires de Covid XIX n’avaient aucune pitié et passaient les récalcitrants au fil de l’épée. C’est ce qui arriva aux parents de Marianne. Elle regretta longtemps qu’ils soient morts seuls, abandonnés de tous, et qu’elle n’ait même pas eu la possibilité de leur dire une dernière fois qu’elle les aimait.

A la fin de l’été, l’espoir se mit à renaître. On racontait que çà et là, les barbares pliaient bagages, s’apprêtant sans doute à rentrer chez eux. Leur roi se faisait vieux, et il se disait qu’il avait hâte de rentrer en son palais pour y finir sa vie. Il laisserait derrière lui un pays dévasté, mais la population ne pouvait s’empêcher de se sentir soulagée. Hélas pour elle, Marianne crut trop vite que la vie allait reprendre comme avant. Quand elle sortit pour aller retrouver son fiancé qu’elle n’avait plus vu depuis six mois, elle fut arrêtée par la garde rapprochée du roi, qui la conduisit rapidement jusqu’à lui.

Elle regretta longtemps qu’il lui ait laissé la vie sauve. Plutôt que l’envoyer rejoindre ses parents, il l’emmena avec lui. C’est que son fils, qui devait lui succéder, était toujours célibataire et il devenait urgent qu’il trouve une épouse avant de monter sur le trône.

Accoudée sur l’appui de fenêtre, elle contemple la mer, et la côte tout au loin. La vue est belle, elle en convient, mais elle regrette les champs de blé dorés de son village. Et puis, elle ne supporte plus le confinement auquel on l’a condamnée. Elle porte bien sûr maintenant le titre de reine, mais depuis son mariage elle ne peut plus quitter sa chambre.

Elle sait que dès demain, celui qui est d’abord devenu son époux, puis au décès de son père, le nouveau roi des barbares, envahira à nouveau son pays. Covid XX veut reprendre l’entreprise de conquête là où son père l’avait abandonnée. Marianne sait que ses compatriotes ne se méfient pas, qu’ils n’imaginent pas qu’il est encore plus implacable que son père. Elle le sait, elle doit aller les prévenir. Là-bas, pas très loin, sur la côte, ils ne se doutent encore de rien.

Marianne a beaucoup de regrets, mais surtout celui de ne pas avoir appris à nager…

Ce contenu a été publié dans Devoirs du Goût des Autres. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

13 réponses à Que de regrets !

  1. Ça augure bien de l’avenir…
    Le confinement amène nombre de gens à la déprime.
    Si tu leur dis qu’en plus ça va recommencer sous peu, ils vont se tuer.
    Ou TE tuer… 😉

  2. heure-bleue dit :

    Et on dit que je plombe le moral des troupes.

  3. alainx dit :

    Vous devriez essayer le gaz… avant qu’il ne soit coupé…

  4. emiliacelina dit :

    ho! misère! Ça y est je déprime ! 🙂

  5. Dany dit :

    La photo est splendide, le texte pas franchement optimiste … mais gardons le moral .. le printemps refleurira forcément !

  6. Gwen dit :

    Et encore tu ne dis pas si elle a mis au monde le futur Covid XXI ! Ton récit est le plus original de ce challenge… Bravo !

  7. mariejo64 dit :

    BOUH… Ça me fait peur !
    Un Covid XX se profilerait à l’horizon ?
    Mais pourquoi suis-je revenue sur ton blog ! 😀

Répondre à le-gout-des-autres Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *