Six mois plus tard

Gustave Caillebotte – Jeune homme à la fenêtre (1876)

Que nous propose donc Le Goût des Autres pour notre devoir hebdomadaire ? Un tableau de Gustave Caillebotte, peintre français du XIXe siècle. Avec quelques éléments de réflexion :

Mais que regarde, qu’attend –ou non- cet homme à la fenêtre.
Je sais qu’il regarde par la fenêtre d’un appartement que je reconnais près de la gare Saint Lazare.
Attend-il ou regarde-t-il simplement cette femme qui s’éloigne du côté à l’ombre de cette rue ensoleillée ?
Si vous avez une idée de ce qui occupe ses pensées, dites le lundi.


Elle est entrée dans ma vie il y a six mois à peine. Le jour où j’ai fait sa connaissance, je n’imaginais pas quelle place importante elle allait occuper dans ma vie. Très vite, j’ai commencé à lui faire confiance. Une confiance aveugle. Avec le recul, je me dis que j’ai peut-être péché par excès de confiance, mais comment faire autrement ? N’est-il pas dans la nature humaine de croire en qui lui promet des lendemains qui chantent ? Nous avons commencé à nous voir de plus en plus souvent, jusqu’à plusieurs fois par semaine. J’ai progressivement retrouvé le goût du bonheur.

Il y a trois mois, elle a cessé de venir me voir. C’est alors moi qui allais lui rendre visite. Mais elle était très occupée, n’avait que peu de disponibilités, à peine le temps de me recevoir une fois toutes les deux semaines. Elle disait que c’était suffisant.

C’était il y a un mois que je l’avais vue pour la dernière fois. Notre entrevue a été plus courte que jamais. Avec un grand sourire, elle m’a souhaité bonne chance et m’a raccompagné jusqu’à la porte. C’est alors que j’ai commencé à avoir des doutes.

Quelle ne fut pourtant pas ma surprise de la voir débarquer chez moi cet après-midi. Sa bonne humeur de notre dernière rencontre avait totalement disparu, elle avait les yeux tristes et la bouche maussade. Et la voilà déjà partie. Je vais vers la fenêtre pour la regarder s’éloigner. Elle a quitté le côté ensoleillé de la rue et est passée du côté sombre de la vie. Certes, elle a voulu se montrer rassurante, mais cette fois je ne l’ai plus crue. Il est trop tard, me suis-dit. Trop tard pour recommencer à lutter contre plus fort que moi. Pourtant, elle m’a dit que nous allions à nouveau nous voir très souvent.

Cet après-midi, ma doctoresse est passée m’apporter les résultats de mes dernières analyses sanguines. Ils ne sont pas bons. J’ai à nouveau des métastases.

Ce contenu a été publié dans Devoirs du Goût des Autres. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

25 réponses à Six mois plus tard

  1. Ce n’est pas enthousiasmant comme perspective…
    Si sympa soit la doctoresse, il vaut mieux la voir pour autre chose.

  2. heure-bleue dit :

    Je préférerai un mari cocu par une doctoresse que ta chute.

  3. alainx dit :

    oups !
    C’est ce qu’un ami très cher et de longue date m’a annoncé il y a quelques jours.
    Et les métastases sont au péritoine et au poumon.

  4. julie dit :

    Aïe, aïe, j’ai eu la même vision pour cet homme. Pourtant, ce tableau respire la sérénité..
    J’ai relu une 2e fois ton devoir…et, effectivement, après avoir lu la dernière phrase, on ne le lit plus avec le même regard…

  5. Adrienne dit :

    et elle vient lui dire ça à domicile?

    • Passion Culture dit :

      Certain.e.s médecins ont de la conscience professionnelle ! C’est en tous cas le genre de choses que je préférerais apprendre de vive voix…

  6. colombine dit :

    aie c’est du lourd !!

  7. Gwen dit :

    Comme Julie, la seconde lecture m’a atteinte en ravivant des souvenirs douloureux que je n’avais pas sentis de prime abord !

  8. livfourmi dit :

    Oups, quelle chute! On y pense pas tout de suite, on se laisse plutôt entraîner vers une belle histoire…

  9. Berthoise dit :

    Il y a des gens qu’on aime bien, de loin, les toubibs par exemple.

  10. Val dit :

    Bonne chute. Inattendue.
    Et texte très propre. Fluide.
    J’aime!

  11. Fabie dit :

    Tant que les traitements apportent une amélioration et n’altèrent pas la « qualité de vie », il faut continuer à y croire…

    • Passion Culture dit :

      Tout à fait d’accord avec toi ! Mais sans non plus se bercer d’illusions fallacieuses… Ce n’est pas facile de trouver le juste milieu…

  12. Célestine dit :

    Désolée de n’être pas venue plus tôt, mais ma liste de blogs (en bas de mon blog) est restée coincée sur « une belge histoire » et ne s’est pas mise à jour…
    Je viendrai donc régulièrement te lire.
    Bises confuses
    •.¸¸.•`•.¸¸☆

    • Passion Culture dit :

      Merci pour ton passage, tu n’as pas à t’excuser 😉 ! Le « souci » provient sans doute du changement de plate-forme, je suis passé de Joomla! à WordPress. Bises.

  13. patibee dit :

    Mince alors ! Je viens de me prendre un sacré coup de poing dans la mâchoire. J’aurais du rester sur mes gardes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *